18 sénateurs ont signé une plainte constitutionnelle contre l’amnistie du président Václav Klaus

18 sénateurs ont déjà apposé leurs signatures sous la plainte constitutionnelle contre l’amnistie décrétée par le président tchèque Václav Klaus en janvier dernier. Dans le cadre de l’amnistie ont été mis en liberté plus de 6442 détenus et ont été arrêtées 327 procédures. Au Sénat (Chambre haute du Parlement tchèque) a été également organisée, ce jeudi, une audition publique sur les motifs et les conséquences de l’amnistie qui provoque depuis le début de nombreuses protestations. Les particiants se sont interrogées notamment s’il faut conserver l’institut de l’amnistie dans l’avenir ou s’il faut réduire les pouvoirs présidentiels dans ce domaine. Le président Vaclav Klaus a qualifié le débat au Sénat de ridicule.

Auteur: Václav Richter