Andrej Babiš au sommet du Conseil européen à Bruxelles

Le Premier ministre Andrej Babiš a déclaré que la République tchèque souhaitait comme futur président de la Commission européenne une personne qui ne proposerait pas de nouveaux quotas de migrants et qui considère l'Europe centrale comme importante. M. Babiš a fait cette remarque jeudi matin avant de se rendre à un sommet du Conseil européen à Bruxelles.

Le chef du gouvernement tchèque a déclaré qu'il ne discuterait pas avec le président sortant Jean-Claude Juncker d'un rapport préliminaire de la Commission européenne selon lequel M. Babiš se trouverait en conflit d'intérêts en ce qui concerne la propriété du groupe Agrofert. Il avait précédemment indiqué qu'il en parlerait à M. Juncker mais dit vouloir s'en "tenir aux règles".