Babiš : l'ouverture des frontières n'est pas une priorité

"Ce n'est pas une priorité pour moi, pour moi la priorité c'est ce qui se passe ici", a indiqué le Premier ministre tchèque Andrej Babiš à la télévision publique mercredi soir. "Prenons maintenant conscience de ce qui est important pour nous : la santé, l'autonomie alimentaire, les agriculteurs ou encore le tourisme local", a ajouté le chef du gouvernement.

A la question posée par un téléspectateur concernant la possibilité de partir six mois à l'étranger, le chef du gouvernement a concédé que cela pouvait être envisageable mais il a ensuite ajouté : "Je ne sais pas où les gens pourraient aller, parce qu'ici ils étaient en sécurité avant le virus et après également, ici ce sera toujours sécurisé et je recommanderais à tous de rester en République tchèque".

L'épidémiologue du ministère de la Santé Roman Prymula avait envisagé avant cela que des accords bilatéraux pourraient être signés avec des pays comme la Croatie et la Slovaquie pour que les touristes tchèques puissent y passer des vacances cet été.