Bouclier antimissile : Moscou "calme le jeu"

La préparation du déploiement de missiles Iskander dans l'enclave russe de Kaliningrad, aux portes de la Pologne, « a été interrompue », a déclaré un haut gradé russe, parce que « la nouvelle Administration américaine ne se précipite pas pour déployer » en Pologne et en République tchèque les éléments du bouclier antimissile. Les missiles Iskander pourraient être installés uniquement comme mesure de rétorsion en cas d'installation effective du dispositif américain. Moscou considère le « bouclier » comme une menace alors que Washington l'affirme brandi contre un risque balistique iranien. Prudent sur ce projet sensible et onéreux porté par son prédécesseur, Barack Obama a déclaré qu'il allait en examiner le rapport coût-bénéfice avant de trancher.