Château de Prague : l’affaire de réfugiés irakiens partis en Allemagne montre l’absurdité des quotas de répartition des migrants

Selon le Château de Prague, l’affaire du groupe de 25 réfugiés chrétiens d’Irak ayant refusé de demander l'asile en République tchèque et partis pour l’Allemagne, montre clairement l’absurdité d’introduction d’un système de quotas de répartition des migrants entre les pays européens. C’est ce qu’a annoncé le porte-parole du président, Jiří Ovčáček, à la conférence de presse du chef d’Etat ce mardi. A croire M. Ovčáček, Miloš Zeman pense également que la Tchéquie, de même que ses partenaires du groupe de Visegrád (Slovaquie, Hongrie et Pologne), devraient catégoriquement refuser ces quotas adoptés par l’UE en septembre dernier.