Conflit d’intérêts : le président du PE sommé de réagir suite aux insultes du Premier ministre tchèque contre des eurodéputés

La présidente de la commission du contrôle budgétaire Monika Hohlmeier a demandé au président du Parlement européen David Sassoli de réagir suite aux insultes formulées par le Premier ministre tchèque Andrej Babis à son encontre et contre deux eurodéputés tchèques.

La députée européenne était récemment à Prague, à la tête d’une délégation de passage dans la capitale tchèque pour enquêter sur les faits concernant les potentiels conflits d'intérêts du Premier ministre tchèque Andrej Babiš et l'utilisation des fonds de l'UE. Le Premier ministre avait alors refusé de rencontrer la délégation et a accusé les eurodéputés tchèques Mikuláš Peksa et Tomáš Zdechovský à l'initiative de cette mission d'être « des traîtres à la nation, qui devraient plutôt lutter en faveur des intérêts tchèques ». Il avait en outre qualifiée Monika Hohlmeier de « détraquée ». En début de semaine, le chef du gouvernement tchèque s’est excusé pour ses propos via son compte Twitter.

La délégation de passage à Prague fin février avait conclu qu'il n’existait pas de mécanismes fiables dans le pays pour identifier un conflit d'intérêts. Un rapport de la Commission européenne de l’an passé avait conclu à l’existence d’un conflit d’intérêts, estimant que le Premier ministre tchèque exerçait toujours une influence sur le groupe Agrofert, en dépit du fait qu’Andrej Babiš a placé ses actifs dans des trusts.

Auteur: Anna Kubišta