Crise économique : l’Etat tchèque pourrait intégrer le capital de certaines grandes entreprises en difficulté

L’Etat tchèque pourrait entrer au capital de certaines entreprises clefs si celles-ci se retrouvent confrontées à de graves problèmes en raison des conséquences économiques de la crise du coronavirus. C’est ce qu’ont fait savoir le Premier ministre, Andrej Babiš, et le ministre de l’Industrie et du Commerce, Karel Havlíček, tous deux du mouvement ANO, à la Télévision tchèque, samedi soir. Les partis de droite membres de l’opposition ont vivement critiqué cette annonce. Selon eux, il existe d'autres priorités dans ce domaine, notamment au niveau des petites et moyennes entreprises.

« Pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour, mais on ne peut pas exclure cette possibilité et je pense que si cela devient d’actualité, nous devrions nous y intéresser », a expliqué le chef du gouvernement. Celui-ci a cité notamment le groupe de compagnies aériennee Smartwings, dont dépend ČSA – Czech Airlines et qui a sollicité un emprunt.