Crise migratoire – quotas : la République tchèque a fait de nouveau l’objet de critiques ce vendredi à Bruxelles

La République tchèque a fait de nouveau l’objet de critiques de la part de la Commission européenne. Celle-ci lui reproche de ne pas avancer de manière assez efficace dans les démarches relatives aux quotas migratoires et à la répartition de quelque 160 000 réfugiés entre les Vingt-Huit. C’est au moins ce qu’a annoncé le ministre de l’Intérieur, Milan Chovanec, après une réunion avec ses homologues des pays membres de l’UE ce vendredi à Bruxelles, tout en ajoutant que les débats étaient « assez exacerbés ». M. Chovanec a également indiqué qu’il avait répété devant ses collègues que le gouvernement tchèque n'avait pas l'intention de céder à ses principes de sécurité. Malgré son refus continuel des quotas obligatoires, la République tchèque devrait accueillir 2691 migrants d’Italie et de la Grèce d’ici fin 2017. Pour l’instant, seulement quatre sur trente demandeurs d’asile ont été accueilli, notamment en raison de contrôles de sécurité rigoureux.