Demandes d’asile : le Canada souhaite un nouvel accord que la République tchèque refuse

Le gouvernement canadien souhaite conclure un nouvel accord avec la République tchèque concernant le retour dans leur pays d’origine des demandeurs d’asile n’ayant pas obtenu satisfaction. Le gouvernement tchèques refuse cependant cette possibilité, en argumentant qu’il n’est pas nécessaire d’aller au-delà des accords déjà passés entre les deux pays. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre, Petr Nečas, ce dimanche, avant de rencontrer son homologue canadien Stephen Harper, à Chicago, en marge du sommet de l’OTAN. Il y a trois ans de cela, le Canada avait rétabli une obligation de visa pour les ressortissants tchèques en raison du nombre élevé de demandeurs d’asile, essentiellement issus de la minorité rom. La République tchèque avait alors vivement critiqué cette décision.