Foot : quand le coronavirus décime la sélection tchèque

/ctk2009/slovensko_ceska_republika.jpg

L’équipe de République tchèque de football a réussi son entrée en matière en Ligue B des nations, en battant la Slovaquie (3-1), vendredi soir dernier à Bratislava, pour son premier match dans le groupe 2. Convaincante, la Reprezentace a livré une de ses meilleures prestations de ces dernières années. Mais le contexte sanitaire en lien avec la propagation du Covid-19 et le renvoi chez eux des joueurs par mesure de précaution ont fait passer la performance au second plan. Ce lundi soir à Olomouc, c’est une équipe tchèque entièrement remanié et composée dans l’urgence qui reçoit l’Ecosse.

« Oubliez ce qui était. Le monde est devenu fou, du moins le monde du foot », pouvait-on lire, ce lundi matin, en introduction d’un article du grand quotidien national Mladá fronta Dnes intitulé « Cœurs vaillants ».

Trois jours donc après avoir remporté avec la manière un derby tchéco-slovaque qui reste toujours un affrontement à part, dans un stade évidemment à huis-clos, c’est sans le moindre joueur présent à Bratislava vendredi soir que la Reprezentace s’apprête à affronter l’Ecosse à Olomouc ce lundi soir (20h45) pour son deuxième match de groupe comptant pour la Ligue des nations. Un match qu’elle disputera sans même le sélectionneur Jaroslav Šilhavý et l’ensemble de l’encadrement de la sélection, tous priés de rester chez eux.

A l’exception de deux membres du staff testés positifs mais asymptomatiques, le second quelques heures avant le coup d’envoi, personne d’autre dans la délégation tchèque n’était pourtant infecté. Tous se sont néanmoins quittés dans la précipitation vendredi soir, et Michal Jurman, l’attaché de presse de l’Association tchèque de football, une heure environ après le coup de sifflet final, a expliqué que cette décision prise répondait d’abord à une volonté de ne pas prendre le risque de voir les cas de coronavirus se multiplier dans les rangs de la sélection :

« Nous devons malheureusement informer nos supporters que le rassemblement de l’équipe nationale s’arrête ce soir. Cette décision découle de la discussion entre la responsable des services sanitaires qui a été affectée à l’équipe nationale cette semaine après le premier test de dépistage positif et le président de l’Association tchèque de football. Après le deuxième test positif de ce vendredi, il existe une crainte que l’infection puisse se propager au sein de l’équipe et du staff. Les joueurs vont donc rentrer chez eux et le match contre l’Ecosse lundi ne sera pas disputé. »

Photo: Facebook de Česká fotbalová reprezentace

Prise unilatéralement, cette décision de reporter le match n’a toutefois pas été acceptée par l’UEFA. Samedi, la fédération européenne, conformément à son règlement sanitaire, a donc imposé à l’Association tchèque de présenter une équipe contre l’Ecosse, sous peine d’avoir match perdu sur tapis vert.

Du coup, vingt-trois nouveaux joueurs, parmi lesquels vingt novices en équipe nationale A, ont été appelés dans l’urgence. Tous évoluent dans le championnat tchèque et pas moins de dix clubs de l’élite comptent au moins un représentant dans ce groupe de néophytes. Après s’être soumis à un inévitable test de dépistage, out ce petit monde s’est retrouvé dimanche dans la belle ville de Moravie de l’Est, avec juste le temps d’effectuer un entraînement ensemble sous les ordres d’un nouvel entraîneur David Holoubek, l’habituel sélectionneur de l’équipe des moins de 18 ans :

« Cette composition d’équipe est le fruit d’une coopération de tous les entraîneurs de clubs. Je remercie aussi l’entraîneur de l’équipe A, qui a beaucoup participé. Il a fallu se décider vite, mais j’ai sous la main un groupe de garçons qui sont prêts à faire honneur au maillot et à donner le maximum d’eux-mêmes. »

Le capitaine de cette sélection sans expérience internationale sera l’expérimenté défenseur central du Sigma Olomouc, Roman Hubník. Aujourd’hui âgé de 36 ans, ce stoppeur de devoir passé notamment par le Hertha Berlin, le Sparta Prague et le Viktoria Plzeň, avait mis un terme à sa carrière internationale après l’Euro 2016 en France, où il avait disputé les trois matchs de groupe.  Quatre ans plus tard, le revoilà donc qui s’apprête à réenfiler le maillot frappé du Lion de Bohême, le brassard au bras :

Roman Hubník, photo:  Archives  d’Hertha BSC

« Je n’ai pas hésité une minute ! Aujourd’hui, rien n’est impossible et nous savons bien que la situation actuelle n’est facile pour personne. Je ne suis pas le plus jeune, mais je suis heureux que l’on ait pensé à moi, de pouvoir rendre service, d’encadrer les jeunes, et je suis heureux d’être là. Nous allons faire de notre mieux et je suis convaincu que nous pouvons faire un bon résultat. »

Arrivés à Olomouc dimanche, les Ecossais n’ont, eux, pas semblé spécialement troublés par la tournure des événements et l’incertitude qui, deux jours durant, a régné autour de l’organisation du match. Et leur sélectionneur Steve Clark a affirmé ne pas prendre à la légère cette confrontation contre une formation tchèque composée essentiellement d’inconnus :

Ecosse - Israël, photo: ČTK/AP/Andrew Milligan

« Après notre match contre Israël vendredi soir (1-1 à Glasgow), nous avons été informés que notre match en République tchèque pourrait être annulé. Mais cela ne nous a pas empêchés de bien dormir. D’ailleurs, dès samedi matin, l’UEFA nous a confirmé que le match aurait bien lieu. Bien sûr, j’aurais préféré que nous affrontions la meilleure équipe tchèque possible. Mais nous ne sous-estimons personne, nous savons qu’il y a beaucoup de bons joueurs qui évoluent dans le championnat tchèque. Nous aurons un adversaire de qualité en face de nous qui n’aura rien à perdre. Nous vivons une période étrange, mais il faut s’adapter. Dans tous les cas, cela n’a pas modifié notre préparation qui a été normale. »

Tout cela ferait presque oublier la belle et logique victoire décrochée contre la Slovaquie. Bien que privés de deux de leurs meilleurs joueurs, le milieu défensif Tomáš Souček et l’attaquant Patrik Schick, placés en isolement après la découverte du premier cas positif dans les rangs de la sélection, les Tchèques, qui ont inscrit leurs trois buts en deuxième période, ont laissé une belle impression à Bratislava. Maîtresse de son sujet et dominatrice, la Reprezentace n’a pas laissé planer le moindre doute sur l’issue de la rencontre, comme s’en réjouissait son sélectionneur Jaroslav Šilhavý :

Jaroslav Šilhavý, photo: ČTK/Václav Šálek
Adam Hložek, photo: ČTK/Václav Šálek

« Je n’avais encore jamais vécu de préparation comme celle-ci avec toutes les incertitudes  sur la tenue ou non du match jusqu’à deux heures avant le coup d’envoi  et c’est pourquoi la prestation des joueurs me fait d’autant plus plaisir. Ils ont montré qu’ils étaient de vrais professionnels. C’était un derby contre un adversaire de qualité, mais à l’exception du début de match qui a été un peu compliqué et d’une erreur individuelle en défense, nous avons dominé pratiquement de bout en bout. Nous avons joué en équipe avec un bloc qui a pressé haut sur le terrain, cela m’a beaucoup plu. Et puisque tout le monde me demande ce que je pense du match d’Adam Hložek, je peux dire qu’il n’a pas déçu. Il ne lui a manqué qu’un peu de réussite pour marquer, mais il a très bien joué. »

A 18 ans, un mois et dix jours, Adam Hložek, grand espoir du football tchèque, est devenu le plus jeune joueur de l’histoire de la Reprezentace. Très dangereux à plusieurs reprises, l’attaquant du Sparta Prague a assurément démontré qu’il possédait le potentiel pour évoluer au plus haut niveau. Et c'est franchement dommage qu’on ne puisse pas le revoir à l’œuvre face aux défenseurs écossais dès ce lundi…