Hausse de la consommation d’alcool pendant la pandémie en Tchéquie

La consommation d’alcool a augmenté pendant la pandémie en République tchèque, ont constaté les spécialistes de l’Institut national pour la santé mentale (NÚDZ) dans leur rapport publié ce mercredi. L’équipe de chercheurs menée par Petr Winkler affirme que le nombre de Tchèques qui consomment au moins une fois par semaine de l’alcool de façon excessive a augmenté de 60%.

Quelque 3 300 adultes ont participé à l’enquête. Alors qu’avant le premier confinement, 4% d’entre eux ont consommé régulièrement des quantités élevées d’alcool, ce nombre est passé à 6% au cours de la pandémie. Selon les chercheurs de l’Institut, cette surconsommation qui concerne aussi bien la bière que le vin et les spiritueux, est une conséquence du stress lié à la situation épidémique et à l’instabilité économique. Les spécialistes ont également constaté une augmentation de la consommation des antidépresseurs et somnifères.

En février prochain sera lancée la 9e édition de l’opération Suchej únor (Février sec). Parrainée par l’Institut national pour la santé mentale, cette opération consiste à ne pas boire une goutte d’alcool pendant tout le mois de février, sur le modèle du Dry January britannique. Par ailleurs, les Tchèques font partie des cinq nations du monde arrivant en tête en termes de consommation annuelle d’alcool par personne.