Insatisfaits de leurs conditions salariales, les médecins tchèques démissionnent en masse

Plusieurs centaines de médecins travaillant dans les hôpitaux tchèques ont mis leurs menaces à exécution et remis leur démission, ce mercredi, dans le cadre d’une vaste campagne initiée par la fédération des médecins et intitulée « Merci, nous partons » (ou « Merci, on s’en va »). D'après le syndicat, 3 650 médecins vont démissionner en raison de trop faibles rémunérations et envisagent d’aller travailler essentiellement en Allemagne et en Autriche voisines dès l’année prochaine. Ce départ massif de nombreux spécialistes menace de nombreux hôpitaux du pays, qui risquent d’être confrontés dans les prochains mois à un personnel spécialisé insuffisant, notamment dans les domaines de l’anesthésiologie et de la chirurgie. Pour l’heure, le ministère de la Santé n’a toujours pas proposé de solution pour faire face à cette situation. Les médecins réclament une augmentation de 800 euros de leurs salaires, dont le montant moyen s’élève actuellement à environ 2 000 euros bruts en tenant compte de la totalité de leurs services et de leurs heures supplémentaires. Pour pouvoir satisfaire ces revendications et les financer, le gouvernement aurait besoin d’environ 240 millions d’euros.