Justice : Andrej Babiš n’a pas collaboré avec la police secrète communiste

La Cour suprême slovaque a confirmé le verdict selon lequel le ministre tchèque des Finances, Andrej Babiš, n’avait pas collaboré avec la police secrète communiste dans les années 1980. Le tribunal a ainsi rejeté l’appel de l’Institut slovaque de la mémoire nationale (ÚPN), a fait savoir son porte-parole Boris Urbančík. D’après l’ÚPN, le jugement en faveur de l’homme d’affaire d’origine slovaque a été basé sur l’absence de preuves causée par le fait que les agents impliqués dans l’affaire avaient été liés par un accord de confidentialité. De son côté, Andrej Babiš, dont le nom figure sur la liste des collaborateurs de la police politique, dit que lorsqu’il travaillait pour la société d’exportation Petrimex, il a été contacté par la StB. Le milliardaire refuse toutefois une quelconque collaboration consciente.