La Chine annule un spectacle tchèque en représailles aux positions du maire de Prague

La Chine a annulé la venue de l'Ensemble philharmonique de Prague (PKF) qui devait se produire fin septembre, début octobre pour 14 représentations dans le pays. Cette annulation vient en représailles aux positions du maire de Prague, Zdeněk Hřib. Depuis la mise en place de la nouvelle coalition à la mairie de Prague, la direction de la ville a changé ses positions vis-à-vis de la Chine, par rapport à l'administration précédente : par exemple, en mars dernier, la mairie avait hissé un drapeau tibétain sur son fronton. De même la nouvelle administration de la capitale tchèque souhaite modifier l'accord signé par son prédécesseur avec Pékin : le nouveau maire souhaite en effet y supprimer la mention relative à la reconnaissance par Prague d'une « Chine unique ».

La Chine avait conditionné la venue de l'orchestre par une critique des positions de la mairie de Prague, ce que la direction du PKF a refusé, entraînant l'annulation de la tournée.

Le ministre des Affaires étrangères Tomáš Petříček a fait savoir qu’il allait rencontrer l’ambassadeur de Chine en République tchèque en lien avec l’annulation de cette tournée et d'autres événements prévus par d’autres organismes incluant le nom de « Prague ».

Auteur: Anna Kubišta