La ratification reste suspendue à la décision de la Cour constitutionnelle

Il reste toutefois un obstacle en République tchèque pour le traité censé faire fonctionner l'Union européenne de manière plus efficace : le président ne pourra signer qu’une fois que le juge constitutionnel tchèque aura donner son accord. La Cour constitutionnelle tchèque doit encore se prononcer, sans doute le 3 novembre, sur un recours contre le texte déposé par des sénateurs proches de M. Klaus.