L'accord avec la Grèce différemment apprécié à Prague

La République tchèque refuse de garantir d'éventuels prêts accordés par l'UE à la Grèce et ne prêtera pas de l'argent à Athènes dans le cadre d'accords bilatéraux. C'est ce qu'a annoncé le premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka (CSSD) lors d'un point de presse après le conseil des ministres de ce lundi. Pour Bohuslav Sobotka (CSSD), "il est préférable d'avoir un accord avec des conditions dures pour la Grèce plutôt que d'avoir un Etat qui s'effondre à l'intérieur de l'UE et de l'OTAN". Son ministre des Finances, Andrej Babiš (ANO) se semble par sur la même ligne et pense que cet accord "n'est pas une bonne étape car la situation de l'eurozone sera dans quelques années la même qu'aujourd'hui et qu'en 2011". Le président Zeman considère lui cet accord d'autant plus fragile que "la Grèce n'a pas tenu ses engagements déjà à plusieurs reprises".