Le gouvermenent met en garde contre une suppression trop rapide des mesures de restriction

Dans un document destiné aux députés, qui se réuniront ce mardi ou ce mercredi, le gouvernement met en garde contre une suppression trop rapide des mesures visant à empêcher la diffusion du coronavirus. Avançant qu’un grand nombre de personnes porteuses du virus n’ont pas encore pu être testées, donnée qui ne permet pas de faire une estimation précise de la situation réelle, le cabinet va demander à la Chambre basse du Parlement de prolonger l’état d’urgence, décrété le 12 mars et qui arrivera à son terme le 11 avril.

Selon le document, un assouplissement des mesures de restriction adoptées est porteuse d’un grand risque de s’exposer à une diffusion massive de la maladie. Les partis de l’opposition ont fait savoir qu’ils souhaitaient des explications détaillées des raisons de prolonger l’état d’urgence. S’ils se sont dit prêts à voter en faveur d’une prolongation, Petr Fiala et Ivan Bartoš, leaders respectivemt du parti conservateur ODS et du Parti pirate, les deux principales formations de l’opposition, ont évoqué une période allant de deux semaines jusqu’à la fin du mois d’avril.