Le gouvernement a adopté le projet de loi sur le registre des véritables propriétaires, qui selon ses critiques sert les intérêts d'Andrej Babiš

Le gouvernement a approuvé, lundi, le projet de loi sur le registre dit des véritables propriétaires. Selon ses critiques, ce texte, pour lequel ont voté les ministres du mouvement ANO alors que les sociaux-démocrates se sont abstenus, pourrait profiter au Premier ministre Andrej Babiš dans l’affaire de son conflit d’intérêts, dont il est soupçonné suite suite à un audit de la Commission européenne.

Selon le texte, critiqué par Transparency International et qui doit encore être débattu par le Parlement, Andrej Babiš serait considéré comme le propriétaire des fonds fiduciaires sur lesquels il a placé son groupe Agrofert suite à l’entrée en vigueur de la loi sur les conflits d’intérêts, dite « Lex Babiš », en 2017, et non plus comme le propriétaire du groupe.

Ce mardi, le Premier ministre a réagi aux critiques en affirmant que cette loi ne visait pas à l’avantager et en rejettant une nouvelle fois toute accusation de conflit d’intérêts.