Les agriculteurs tchèques pas emballés par le projet de réforme de la PAC

Le projet de réforme de la Politique agricole commune (PAC) pour la période 2014-2020, présenté mercredi par la Commission européenne, ne plaît pas particulièrement aux agriculteurs tchèques. La Chambre agraire redoute notamment que cette réforme approfondisse les inégalités dans la répartition des subventions entre les anciens et les nouveaux Etats membres de l’UE. La Commission européenne entend, entre autres, limiter les aides directes à une exploitation à un montant maximal de 300 000 euros par an. En outre, 30 % de ces aides pourraient être versés selon des critères environnementaux. Ce plafond désavantagerait les exploitations agricoles tchèques, qui sont en moyenne les plus grandes au sein de l’UE. La PAC représente 55 milliards d’euros par an, soit 45 % du budget total de l’UE. Les Tchèques devraient recevoir, sous forme d’aides directes, environ 890 millions d’euros par an. Ces propositions de la commission ne sont pas définitives, les ministres de l'agriculture des 27 Etats membres et le Parlement européen ont devant eux un an pour en débattre.