Les sénateurs de l'opposition veulent une position ferme du gouvernement contre les manifestations de haine des opposants aux migrants

Douze sénateurs de partis d'opposition, tels que l'ODS ou les Verts, appellent dans une lettre le gouvernement à prendre une position ferme face aux manifestations de haine et d'intolérance qui ont lieu lors d'un rassemblement mercredi sur la place Venceslas à Prague d'une centaine d'individus "contre l'islam" et "contre l'accueil de migrants" en Tchéquie. "Il est tout simplement inadmissible que des citoyens tchèques soient menacés de mort dans le cas où il ne cèdent pas aux humeurs islamophobes", écrivent notamment ces parlementaires en faisant référence à la présence de potences dans la manifestation. Ils regrettent également que la police tchèque ne soit pas intervenue. Déjà jeudi, le ministre de l'Intérieur Milan Chovanec (ČSSD) a demandé à ce propos des explications à la direction de la police, indiquant que les menaces de mort et les potences n'avaient pas leur place dans une démocratie.

Auteur: Pierre Meignan