Nid de cigognes : le président Zeman userait de son droit de grâce si les poursuites contre Andrej Babiš étaient relancées

S’exprimant jeudi dans un entretien pour la chaîne de télévision TV Barrandov, le président Miloš Zeman a annoncé qu’Andrej Babiš bénéficierait d’une grâce présidentielle si le procureur général décidait qu’il doive être jugé. Le procureur chargé de l’affaire dite du Nid de cigognes, dans laquelle le Premier ministre et plusieurs de ses proches sont soupçonnés de fraude aux subventions européennes, a récemment décidé d’arrêter les poursuites à son encontre. Le procureur général de la République, Pavel Zeman, peut encore revenir sur cette décision.

Le président Zeman a dit espérer ne pas devoir avoir recours à ce pouvoir régalien. Le chef de l’Etat tchèque est revenu sur ses propos tenus avant l’élection présidentielle de l’an dernier, où il avait déclaré à la Télévision tchèque qu’il n’interviendrait pas pour stopper les poursuites à l’encontre d’Andrej Babiš : « Je ne changerai pas d’avis, car je me ridiculiserais, » avait-il alors déclaré.

Auteur: Anna Kubišta