Refus de paternité : les hommes tchèques disposeront de trois ans

Les hommes tchèques pourront probablement refuser de reconnaître leur paternité jusqu’à l’âge de trois ans de l’enfant à compter de l’année prochaine. Selon la loi actuelle, ils doivent entreprendre cette démarche avant la fin du sixième mois suivant la naissance de l’enfant. Cette modification est prévue dans l’amendement à la loi sur la famille dont l’adoption a été recommandée, ce jeudi, aux députés par la commission juridique de la Chambre basse du Parlement. En juillet dernier, la Cour constitutionnelle avait déjà décidé de supprimer ce délai de six mois, et ce jusqu’à la fin de cette année, estimant que cette loi constituait une atteinte aux droits des pères qui doutent de leur paternité et pensent qu’ils ne sont pas les véritables pères.