Selon Lubomír Zaorálek, il n’appartient pas à la République tchèque de dicter l’avenir de l’Ukraine

La République tchèque n’a pas à dicter à l’Ukraine le choix de son avenir. C’est ce qu’a indiqué ce mardi le ministre des Affaires étrangères Lubomír Zaorálek, en réponse aux déclarations du président de la République, Miloš Zeman, qui avait fait précédemment savoir que l’Ukraine n’avait pas intérêt à rejoindre l’OTAN, et que le pays devait rester neutre. Selon le chef de la diplomatie tchèque, Lubomír Zaorálek, il n’appartient pas à la République tchèque de donner à l’Ukraine quelconques recommandations que ce soient, dans la mesure où cela relève de la souveraineté nationale.