Selon Mirek Topolánek les propos de Nicolas Sarkozy ont mis en danger la ratification du Traité de Lisbonne

En disant oui à l’arrêt des délocalisations des constructeurs automobiles français et à leur relocalisation en France, le président Nicolas Sarkozy a mis en danger la ratification du Traité de Lisbonne en République tchèque. Une déclaration du premier ministre Mirek Topolánek à l’édition de lundi de Hospodářské noviny – Gazette économique, suite à une intervention radiotélévisée du président français. Les propos de Nicolas Sarkozy qui a défendu la conservation des usines en France ont provoqué de nombreuses réactions en République tchèque. Le ministre de l’Industrie Martin Říman ne pense pas que l’usine commune de Peugeot, de Citroën et de Toyota /TPCA/ installée à Kolín, en RT, réponde à l’appel du président français et reporte sa production de voitures en France : déménager signifierait rendre à la République tchèque un investissement de plusieurs milliards de couronnes placé dans l’édification de cette usine.

Auteur: Václav Richter