Traité de Lisbonne : le Premier ministre slovaque envisage de demander une exception semblable à celle qu’exige le président tchèque

Le Premier ministre slovaque, Robert Fico, a indiqué, dimanche, qu’il n’excluait pas que son pays demande une exception semblable à celle exigée par le président tchèque, Václav Klaus, concernant la Charte des droits fondamentaux, qui figure dans le Traité de Lisbonne. Le chef de l’Etat tchèque estime que l’application de la charte pourrait remettre en cause les Décrets Beneš, qui ont permis l’expulsion et l’expropriation de trois millions d’Allemands et de Hongrois de Tchécoslovaquie après la Deuxième Guerre mondiale. Robert Fico a précisé que Bratislava envisagerait de réclamer une exception si la République tchèque obtenait ce qu’elle souhaite auprès de la Commission européenne. Interrogée par la Télévision tchèque, le chef du gouvernement slovaque a expliqué que son pays n’avait pas vu aucun problème lors du processus de ratification par rapport aux Décerts Beneš, mais que puisque le président tchèque l’avait soulevé, il convenait d’y consacrer de l’attention. La Slovaquie a ratifié le Traité de Lisbonne en mai de l’année dernière.