Václav Havel ne croit pas au départ en masse des médecins tchèques

L'ancien président tchèque Václav Havel ne croit pas à la menace des centaines de médecins tchèques, qui affirment dans le cadre de la campagne "Merci, on s'en va" vouloir partir à l'étranger si leurs revendications ne sont pas acceptées. "On sent que cette campagne a été organisée par une agence de relations publiques", a déclaré M. Havel au quotidien Lidové noviny avant d'ajouter cependant "comprendre l'effort fait par les médecins pour obtenir des augmentations de salaires, pour mettre de l'ordre dans le système de formation et pour obtenir un meilleur statut".