• 29/11/2001

    Le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kavan, devrait présenter à Bruxelles, le processus de continuation de l'accord de Melk, conclu avec l'Autriche, sur la centrale nucléaire de Temelin. Vienne demande que le nouvel accord, en préparation, soit un engagement juridique. Prague désire que ce soit un accord politique.

  • 28/11/2001

    Une rencontre entre les premiers ministre tchèque et autrichien concernant la centrale nucléaire de Temelin pourrait avoir lieu déjà, ce jeudi, à Bruxelles, en présence du membre de la Commission européenne, Günter Verheugen. Une déclaration du ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kavan. Néanmoins, la rencontre n'aura lieu qu'à condition que le gouvernement tchèque approuve, encore ce mercredi, les résultats des négociations tchéco-autrichiennes sur ce problème qui ont eu lieu jusqu'à présent.

  • 27/11/2001

    Le chef de la diplomatie tchèque, Jan Kavan, a soutenu la formation d'un nouveau gouvernement afghan. Son soutien, Jan Kavan l'a exprimé dans une lettre, adressée à son homologue de l'Alliance du Nord, Abdullah Abdullah.

  • 27/11/2001

    Mardi, un groupe de députés du Conseil national, chambre basse du Parlement autrichien, se rend à Prague. Avec les parlementaires tchèques et les représentants du Ministère tchèque des Affaires étrangères, ils discutent des relations tchéco-autrichiennes, notamment de la centrale nucléaire de Temelin.

  • 27/11/2001

    Le Parti Autrichien de la Liberté (FPÖ) vient de lancer une campagne pour le référendum contre la centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du sud. Le référendum sera organisé, en Autriche, en janvier prochain. Son but est d'empêcher l'adhésion de la République tchèque à l'Union européenne, si la centrale de Temelin est mise en marche. Il s'agit d'une initiative du FPÖ, les autres partis politiques autrichiens se montrent réticents envers le référendum.

  • 27/11/2001

    Les Lignes aériennes tchèques (CSA) ont renoncé à l'achat, l'année prochaine, de trois nouveaux appareils. C'est une réaction de la direction de la compagnie aérienne tchèque, à la mauvaise situation dans le transport aérien après les attentats terroristes aux Etats-Unis. Actuellement, les Lignes aériennes tchèques disposent de 30 avions.

  • 26/11/2001

    Selon le journal Die Welt, il se peut que la Tchéquie et l'Autriche aient déjà trouvé une issue à leur litige concernant la centrale nucléaire de Temelin. Selon ces spéculations, la Tchéquie se serait engagée à réaliser sept mesures de sécurité exigées par la partie autrichienne. L'Autriche aurait promis, en contrepartie, de ne pas opposer son veto à l'achèvement des pourparlers sur le chapitre énergétique, dans le cadre des négociations sur l'intégration de la Tchéquie à l'Union Européenne. Ce compromis serait tenu secret pour le moment.

  • 25/11/2001

    Le président de la Commission européenne, Romano Prodi, a rejeté une initiative du gouvernement autrichien concernant la centrale nucléaire de Temelin. Vienne demande que l'Union européenne formule des garanties de sécurité qui seraient obligatoires pour la centrale. Néanmoins, Romano Prodi n'a pas exclu que l'Union européenne pourrait définir les règles de sécurité générales des installations nucléaires.

  • 24/11/2001

    La République tchèque atténuera les mesures de sécurité prises à la suite des attentats terroristes aux Etats-Unis. La décision de lever certaines mesures de sécurité ne concernera pas cependant celles qui restent en vigueur dans les environs du bâtiment de la station Europe Libre au centre de Prague et à l'aéroport de Prague-Ruzyne. Une déclaration du ministre tchèque de l'Intérieur, Stanislav Gross.

    Auteur: Václav Richter
  • 23/11/2001

    Les mesures de sécurité en République tchèque, prises suite à la menace du terrorisme, seront, dorénavant, moins rigoureuses. Cette décision a été prise par le Conseil de sécurité de l'Etat. « La situation se calme, grâce aussi au succès de l'opération menée en Afghanistan », a déclaré Milos Zeman, Premier ministre tchèque. Il souligne, toutefois, qu'il ne s'agit pas encore d'un véritable retour à la normale.

Pages