Infos du jour

r_2100x1400_radio_praha.png

Fusillade à Ostrava : six victimes et plusieurs blessés, le tireur s’est donné la mort

Un homme de 42 ans a ouvert le feu ce mardi après 07h00 à l’hôpital d’Ostrava, ville située à environ 300 km à l'est de Prague. Il a tué six personnes, avant de prendre la fuite. Retrouvé par la police au bout de trois heures, l’agresseur s’est donné la mort.

Selon le directeur de l’hôpital Jiří Havrlant, la fusillade a eu lieu dans la salle d’attente du service de traumatologie. L'auteur de l'attaque, qui n'était pas en possession légale d'une arme, a ouvert le feu contre une dizaine de patients.

Cinq personnes sont mortes sur le coup, une sixième est décédée en salle d'opération. Trois autres personnes ont été blessées, dont deux qui se trouvent dans un état grave.

Le président de la République Miloš Zeman a exprimé ses plus sincères condoléances aux familles et proches des victimes. Le Premier ministre Andrej Babiš, qui a annulé son voyage en Estonie, et le ministre de l’Intérieur Jan Hamáček se sont rendus sur place.

Les fusillades sont rares en République tchèque. Le plus grave incident du genre s’était produit en 2015 à Uherský Brod, dans le sud-est du pays. Un client d’un restaurant y avait tué huit personnes avant de se suicider.

Hommage national aux victimes de la fusillade d’Ostrava

Les sirènes retentiront mardi 17 décembre sur le coup de midi en hommage aux victimes de la fusillade survenue ce mardi à l’hôpital d’Ostrava, a annoncé le Premier ministre Andrej Babiš.

Le maire d’Ostrava Tomáš Macura a décidé d’éteindre l’éclairage des principaux monuments de la ville, ce mardi soir, à la mémoire des six personnes victimes de coups de feu.

La police renforce la sécurité dans tout le pays

Suite à la fusillade meurtrière survenue à Ostrava, la police a annoncé le renforcement des mesures de sécurité dans toute la République tchèque. Les forces de l’ordre surveillent notamment les établissements scolaires, les hôpitaux, les centres commerciaux, ainsi que les marchés de Noël.

La police pragoise se mobilise pour renforcer la sécurité lors de la manifestation contre le Premier ministre Andrej Babiš, prévue dans la soirée au centre de la capitale.

Deux journalistes d’investigation tchèques dévoilent le financement d’une campagne médiatique prochinoise par une entreprise du milliardaire tchèque Petr Kellner

Ce mardi, le site Aktualne.cz a publié une longue enquête menée par deux journalistes d’investigation tchèques qui ont découvert les dessous d’une campagne prochinoise, menée par un cabinet de conseil en relations publiques financé par la société de crédits à la consommation Home Credit du milliardaire tchèque Petr Kellner. Cette société aurait ainsi signé un contrat avec le cabinet de conseil C&B Reputation Management qui, via un réseau d’experts, de journalistes et de politiques s’est efforcé d’améliorer l’image de la Chine auprès de l’opinion publique tchèque. Le cabinet de conseil aurait fait en sorte de soutenir et de mettre en avant les personnalités tchèques, dont les positions favorables au régime de Pékin sont connues, tout en attaquant au contraire celles exprimant des critiques vis-à-vis de la Chine.

Les révélations de cette enquête surviennent alors que la société Home Credit, qui possède d’importants intérêts en Chine, s’est récemment retrouvée sous le feu des projecteurs, en raison de la signature d’un partenariat controversé avec l’Université Charles, elle-même soupçonnée d’avoir servi la propagande chinoise après avoir accepté un financement de l’ambassade de Chine à Prague pour l’organisation de conférences.

En outre, les services de renseignement tchèques ont à plusieurs reprises mis en garde contre les activités toujours plus intenses de la Chine dans le pays. Le BIS attire notamment l'attention sur les tentatives de recrutement de scientifiques, d’universitaires, et de politiques et sur les invitations formulées par les autorités chinoises pour des formations, séminaires et autres séjours touristiques, qui sont autant d’occasions de solliciter leurs participants.

Nouvelle manifestation, ce mardi, contre le Premier ministre Andrej Babiš

Le collectif Milion chvilek pro demokracii (Un million de moments pour la démocratie) organise ce mardi soir, sur la place Venceslas, à Prague, une nouvelle manifestation demandant la démission du Premier ministre Andrej Babiš. Une marche de protestation se tiendra ensuite au centre de la capitale : elle devrait s’achever à la Gare centrale.

Cette nouvelle protestation fait suite à la décision prise la semaine dernière par le procureur général de la République de relancer l’affaire dite du Nid de cigognes et l’envoi par la Commission européenne de son rapport d’audit confirmant le conflit d’intérêts d’Andrej Babiš.

Un million de moments pour la démocratie avait organisé la grande manifestation du 16 novembre dernier qui avait rassemblé quelque 250 000 personnes à Prague.

Conflit d’intérêts d’Andrej Babiš : le gouvernement attend « une décision finale » de Bruxelles

Le gouvernement s’est penché, lundi, sur le rapport d’audit de la Commission européenne sur le conflit d’intérêts du Premier ministre Andrej Babiš.

La Commission estime en effet que le leader du mouvement ANO et actuel chef du gouvernement exerce toujours une influence sur son ancien groupe Agrofert, en dépit du fait qu’il en ait placé les actifs dans deux fonds fiduciaires pour ne pas contrevenir la loi sur les conflits d’intérêts, la dite « Lex Babiš » entrée en vigueur en République tchèque début 2017.

Le ministre de la Culture Lubomír Zaorálek a déclaré que gouvernement attendait encore que Bruxelles prenne « une décision finale ». D’après l’organisation Transparency International, il est certain que la République tchèque devra rembourser une partie des subventions européennes accordées à Agrofert, à hauteur de plusieurs millions d’euros.

Un nouveau programme de bourses pour les doctorants tchèques et français

La République tchèque et la France ont signé, lundi, un accord permettant d’apporter le même soutien aux étudiants en doctorat pour leurs séjours de recherche en République tchèque et en France. L’information a été communiquée par l’Ambassade de France en République tchèque.

Ce programme concerne des courts séjours de recherche de un à trois mois et les co-tutelles, pour lesquelles les doctorants travaillent pendant la moitié de leur thèse dans une université de l’autre pays et reçoivent ensuite un diplôme commun aux deux établissements. Il sera co-financé à parts égales par le ministère tchèque de l’Education et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française.

Plus précisément, les étudiants en doctorat tchèques et français recevront une bourse équivalente qui s’élève à 1000 euros par mois en France et à 25 000 couronnes en Tchéquie.

Les premiers doctorants pourront bénéficier de ces nouvelles opportunités dès l’année 2020.

Météo

Mercredi, jour de la fête des Dana, le temps sera nuageux, avec de belles éclaircies sur l’ensemble du territoire tchèque. Les températures varieront entre 1°C et 3°C.