Corruption - Affaire MUS : cinq anciens hauts dirigeants condamnés à de lourdes peines par la justice suisse

Le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone en Suisse a condamné, ce jeudi, cinq Tchèques, anciens propriétaires et directeurs de la Société minière de Most (Mostecká uhelná společnost, MUS), à des peines de prison allant de seize mois à quatre ans et quatre mois ferme. Accusés de « blanchiment d’argent aggravé », d’« escroquerie », de « faux dans les titres », Jiří Diviš, Antonín Koláček, Marek Čmejla, Petr Kraus et Oldřich Klimecký ont également été condamnés à payer des amendes considérables, tout comme le Belge Jacques de Groote, sixième accusé qui a seulement été condamné à une peine de prison avec sursis.

L’affaire, qui remonte à l’époque des privatisations sauvages des années 1990, a été ouverte par la Suisse car une partie de l’argent détourné de la privatisation de la Société minière de Most se trouvait sur des comptes en Suisse. Au total, la police helvétique a bloqué 600 millions de francs suisses (500 millions d’euros) sur des comptes appartenant aux accusés. La majorité des opérations illicites, qui ont permis aux condamnés de s’enrichir illégalement grâce à une architecture complexe de sociétés-écrans internationales, se sont déroulées entre 1997 et au moins 2007. Petr Kraus et Antonín Koláček ont été arrêtés à l’issu du verdict. Tous les hommes ayant comparu peuvent faire appel de la décision du Tribunal.