Économie/Commerce

r_2100x1400_radio_praha.png

L'amendement des statuts de la Banque nationale tchèque. Des amendements qui ne sont pas allés sans problème, étant jugés restrictifs à l'autonomie indispensable au bon fonctionnement d'une banque centrale en pays démocratique et libéral. En un mot, la politique ne doit pas interférer dans le domaine de l'argent. Faire fi des lois financières, c'est faire fi de la santé de sa monnaie. Les deux chambres ont laissé passer l'amendement. Le président Havel y a mis son véto. En quoi ces amendement sont-ils coercitifs? En quoi sont-ils incompatibles avec les fondements de l'Europe. Le véto du président va-t-il stopper ce processus. La Cour constitutionnelle, saisie par le président, va-t-elle abonder dans le sens de ses observations? Ce sont ces questions que j'ai posé au Dr Michal Tomasek, expert bancaire et consultant de Radio Prague. Le Dr Tomasek, qui a le mérite de parler valablement le français, est quand même un Tchèque. En parlant de "prévision" de la loi, il emploie le terme "provision", excusé. Attendons donc de voir. Nous vous mettrons au courant de la décision de la Cour constitutionnelle. Un autre événement de la semaine, la tenue du congrès international des psychiatres à Prague. Le Dr Jan Cimicky, notre consultant médical et psychiatre de profession, nous en dit un mot. Il a été donc question de la dépression et du stresse en tant que préocupation de l'heure en Europe. Ces deux points, nous en avons déjà parlé lors de nos dernières émissions...

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture