Économie/Commerce

r_2100x1400_radio_praha.png

Cette émission sera consacrée à un phénomène nouveau, la création prochaine, dans un premier temps en Europe centrale, d'une activité touristique autour de la bière. Ce tourisme, culturel, suivra le chemin des monuments et des vestiges historiques, ira à la recherche de la tradition et de l'authenticité régionales, mais le tout se fera selon un cheminement balisé par les brasseries à travers plusieurs pays. Sans doute que vous ferez un jour l'un de ces circuits en compagnie de ma collègue Astrid Hofmanova dans la rubrique touristique, mais, pour le moment, voyons comment cela est conçu commercialement.

Les brasseurs de l'Europe tout entière ont accueilli avec enthousiasme un projet tchéco-allemand des plus originaux et constituant une première dans son genre : C'est ce qu'on appelle : Les Routes de la bière. Un nom à retenir. Les amateurs de la bière, les spécialistes et les brasseurs d'Angleterre, de Pologne, d'Autriche et d'autres pays y compris l'exotique Japon se sont joints au projet des "Routes de la bière" présenté officiellement, il y a quelques semaines, par l'Union tchèque des petites brasseries indépendantes (CSMNP - Cesky svaz malych nezavislych pivovaru). L'Union des brasseries privées allemandes, qui englobe près de 800 brasseries dans toute l'Allemagne, est la première à se joindre au projet. "L'industrie de la bière fait partie de notre culture et sa présentation est importante pour chaque nation", a dit au quotidien économique tchèque, Hospodarské noviny, la présidente de l'Union allemande Renate Scheibner. Selon elle, il faut vaincre la crainte de la concurrence mutuelle, qui règne surtout parmi les propriétaires des brasseries en Bavière. La forme concrète de ce projet a dû être arrêtée par les brasseurs lors de la session commune le 21 février a la brasserie pragoise U Fleku. "L'attention du public européen sur les Routes de la bière a été attirée par un article publié par Hospodarské noviny, repris par d'autres agences de presse. Il y a, par exemple, les journalistes anglais qui m'appellent et demandent plus de renseignement sur Les Routes de la bière ", a dit le président de l'Union tchèque des petits brasseurs, Jiri Fusek. Tout en reconnaissant qu'ils s'attendaient à un certain écho, il a déclaré que l'intérêt du public européen a dépassé toute attente.

Actuellement, les Autrichiens étudient les modalités de participation à ce projet, et, selon Fusek, la porte est ouverte a l'Europe tout entière. "On s'attend, a-t-il dit, surtout a l'intérêt des Britanniques", a-t-il dit, l'un de nos objectifs est de présenter l'industrie de la bière comme partie intégrante de la tradition européenne. C'est, je pense, très intéressant pour les visiteurs du vieux continent qui viennent du monde entier". Dans le cadre du projet Les Routes de la bière, les petites brasseries ont commencé à s'adresser aux agences de voyage aussi bien régionales que nationales. Elles leur proposent un assortiment de services liés aux visites des brasseries. "Nous avons déjà contacté Cedok, Fischer, mais aussi les agences de voyage régionales", a dit a Hospodarské noviny Karel Witz, directeur de la Brasserie bourgeoise Policka (Bohême de l'Est), qui est également le vice-président de l'Union. Les brasseries proposent la visite de leurs lieux de fabrication, la dégustation et des services complémentaires comme l'hébergement, veprové hody (la dégustation des cochonnailles), programmes culturels et excursions pour des sites attractifs. L'un des objectifs du projet est de faire connaître au public la tradition européenne de brassage de la bière qui date du début de notre ère. Nous avons au programme depuis longtemps la visite de la brasserie Prazdroj a Plzen, mais une offre regroupant toute la tradition centre-européenne de l'industrie de la bière manquait, et c'est sans aucun doute une idée géniale", a dit a Hospodarské noviny Tonio Okamura, chef de l'agence de voyage Miky Travel, qui attire annuellement plus de 50.000 touristes japonais en République tchèque.

Selon Fusek, l'Union des petites brasseries espère, dans le cadre du projet Les routes de la bière, faire connaître à un très large public, l'histoire de la brasserie tchèque et l'assortiment diversifié de la fabrication. En somme, dans ce projet, le caractère culturel le dispute au caractère commercial. C'est le commerce qui passe par la culture. A la question de savoir si les partenaires allemands ne craindraient pas la bière tchèque à bon marché et de qualité, Fusek a répondu : "Je ne pense pas. Nous sommes convaincus qu'à toutes les parties au projet celui-ci apportera quelque chose, notamment le fait que leurs petites brasseries et leurs traditions vont être connues du large public. Les Routes de la bière vont toucher également les petites régions, en Tchéquie comme en Allemagne. Il s'agit souvent de régions oubliées qui ne peuvent pas obtenir d'aussi importantes dotations que des centres touristiquement attractifs dans les deux pays. Nous attendons aussi que le tourisme agricole se ravive, car l'industrie de la bière est liée a l'agriculture. Pour cela il faudrait aussi une certaine infrastructure, ce qui va influencer l'emploi dans les régions concernées. Nous avons expliqué a ceux qui ont ou ont eu des craintes a propos de ce projet que son principe ne réside pas dans la concurrence des livraisons de bière ou dans l'invasion d'Allemagne ou d'Autriche par nos bières".

Ces petits brasseurs sont décidément courageux et optimistes. D'abord ils pensent qu'il suffit de démarrer le projet pour que d'autres rejoignent, et ne craignent pas les grands comme le fameux et célèbre brasseur Plzner Prazdroj. "Je pense, a dit Fusek, que Prazdroj a dans le monde sa renommée. Mais aucun contact n'a eu lieu entre les grandes et les petites brasseries pour savoir comment lier tout cela. Je pense que la culture de la bière concerne toutes les brasseries en République tchèque."

Auteurs: Omar Mounir , Astrid Hofmanová
lancer la lecture