Galeries et passages pragois - labyrinthes habités par le génie des lieux

r_2100x1400_radio_praha.png

En la regardant du haut du Château de Prague, on a l'illusion d'une ville aux cent tours, mais si l'on se promène dans son centre, on découvre qu'elle cache beaucoup de labyrinthes habités par le génie des lieux. A l'heure actuelle, en effet, Prague pourrait prétendre aussi au titre de "ville aux cent passages". Je vous propose maintenant de faire un tour de galeries et passages pragois.

La fonction du passage d'origine médiévale consiste à unir deux voies en traversant un immeuble (Durchhaus en allemand, soit maison de passage). La spécialité pragoise, c'est le passage à travers un "palais urbain" qui combine les fonctions privées et publiques, en unissant la fonction d'habitation à la fonction commerciale, culturelle et mondaine. Les palais remontent au début du XXe siècle et on les construisait selon une conception bien réfléchie de l'aménagement des vastes enceintes de la Nouvelle Ville de Prague. Construits à l'époque où la gloire de leurs célèbres prédécesseurs européens était en retrait, les passages pragois représentent une nouvelle génération de galeries, en intégrant l'évolution de l'architecture et de l'entreprise et en répondant aux besoins de la sphère culturelle. Leur évolution fonctionnelle passe les étapes des locaux commerciaux et de promenade, des restaurants, cabarets et salles de cinéma et finit par des théâtres et salles de concert.

L'architecture des galeries européennes classiques porte la marque indélébile du XIXe siècle. Celle des passages pragois, toute instruite qu'elle soit des tendances européennes, adopte les styles les plus divers: Modern style géométrique, style synthétisant inspiré par la culture islamique ou constructivisme aux éléments art déco. Après la Première Guerre mondiale, la joie de la liberté récupérée a donné naissance à un style national - le rondocubisme visible dans le passage du palais Adria. La multiplication des passages a contribué à la transformation de Prague en métropole, dont l'éclat étonnait même le grand Le Corbusier.

Maintenant je voudrais vous présenter l'un des passages pragois les plus célèbres, celui du palais Lucerna. Grâce à la gestion inspirée de Vaclav Havel, bâtisseur et grand père du président Havel, le palais Lucerna est devenu le centre de la vie mondaine moderne. Avec le plafond en béton armé - une primauté mondiale à l'époque construite par l'architecte Vaclav Bechyne - la Grande salle du palais Lucerna jouissait d'un prestige comparable à celui de l'Olympia de Paris. Avec les progrès de la cinématographie, il y a eu une explosion des salles de cinéma à Prague, l'une des premières étant celle du palais Lucerna, créée en 1909.

Pavel Janak, respectable professeur et promoteur du cubisme, inspiré des gratte-ciel américains, a construit sur la place Venceslas l'hôtel Julis, aux deux étages souterrains et neuf au-dessus du sol, abritant une belle galerie avec des restaurants, magasins et une salle de cinéma. Les difficultés de la réalisation de ce projet sont décrites dans les mémoires de Vaclav Havel. La place Venceslas se trouve en effet sur une couche sous-jacente de sables mouillés qui sont à la base de nombreux problèmes de statique. La solution de Janak consistait à ancrer la construction dans des poutres de fondation rivetées. Quant aux espaces intérieurs, Janak a beaucoup étudié le rôle de la lumière: l'éclairage au néon indirect du cinéma Julis, avec les sources encastrées dans le faux plafond, était selon lui "le début de tous les merveilles d'éclairage actuelles".

Le même architecte a créé un espace de rêve or et blanc, où les glaces réfléchissent délicatement l'opaxite blanche et l'encadrement en laiton, dans la galerie des Glaces, au coin de l'avenue Narodni et la rue Perlova. Malheureusement, cette galerie s'est détériorée dans les temps difficiles. Dans les années soixante-dix, on a procédé à sa restauration. Mais en utilisant des matériaux différents, on lui a fait perdre son visage de jadis.

En 1938, Prague comptait quarante passages: une ville dans la ville. Depuis, leur clientèle subit une métamorphose: les artistes de la vie des temps de l'aisance furent saisis d'une hâte fébrile dans la période de récession. C'est le sort de l'un des passages les plus renommés - celui du palais Koruna - qui peut illustrer cette suite de transformations fatales. La maison baroque avec un café de patriotes éveilleurs du XIXe siècle fut remplacée par un palais Modern style avec un passage et un café transformé, aux temps de la récession économique, en un "automate", précurseur des restaurants self-service. L'architecte Ladislav Machon, son auteur célèbre par l'apothéose du fonctionnalisme mécanique, fut invité à Londres pour participer à l'édification d'un pendant du palais dans la Regent Street. Le palais Koruna, en bas de la place Venceslas, une des premières constructions en béton armé à Prague, est l'oeuvre d'Antonin Pfeiffer. Elle est surmontée à l'angle d'une tour, dont le pourtour est décoré de sculptures du célèbre architecte et sculpteur tchèque, Vojtech Sucharda, et elle porte au sommet une couronne de perles. Quant à l'intérieur du palais, une coupole en dalles en verre taillé qui réfracte la lumière du soleil s'élève au-dessus de l'espace sur trois étages du vestibule. Le jeu de la lumière qui donne l'impression du calme pareil à l'atmosphère d'une cathédrale contraste avec le bruit extérieur. Malheureusement, le restaurant self-service n'y est plus mais les touristes, avides de voir l'un des plus beaux passages de Prague, peuvent visiter ses magasins de vêtements, ceux proposant le cristal de Bohême ou des orfèvreries de plus en plus nombreux dans le centre de Prague.

Acceptez donc notre invitation et si vous venez à Prague un jour, n'oubliez pas de visiter ses beaux passages et galeries. Il peut être intéressant de découvrir non seulement le corps de la ville mais aussi son âme?

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture