"Il est extrêmement difficile de se souvenir de la couleur de la voix de quelqu'un"

Alanté Kavaïté, photo: Film Servis Festival Karlovy Vary

Alanté Kavaïté a préféré faire simple. Elle a donc pris le début et la fin de son nom de famille, Kavaliauskaité, pour éviter les complications et surtout pour éviter d'épeler sans arrêt son très lituanien de nom. Vous avez déjà écouté un extrait de cet entretien enregistré pendant le festival de Karlovy Vary. Mais c'est l'été, alors en bonus aujourd'hui voici cet entretien dans sa quasi-intégralité.

« Je suis très honorée car je sais que ce journal a plus de cent ans. Je suis honorée, ravie et impressionnée, donc, et j'ai déjà le trac. »

Cela a-t-il été une surprise d'être sélectionnée dans cette catégorie ?

« Oui, d'autant que l'année dernière, j'avais présenté ce film pour ce festival et je n'avais pas été sélectionnée. J'ai tellement entendu parler de ce festival, donc c'était complètement une surprise. »

Parlons un peu de ce premier film qui s'appelle Ecoute le temps, et qui comme son nom l'indique, a beaucoup à faire avec le son.

Emilie Dequesne, 'Ecoute le temps'
« Oui, le travail du son a beaucoup à voir avec le film. C'est l'histoire d'une jeune femme qui est ingénieur du son, interprétée par Emilie Dequesne, pendant qu'elle est en voyage de travail, sa mère est assassinée dans sa maison de campagne. Charlotte revient dans cette maison et se rend compte qu'il s'y passe beaucoup de choses étranges, que les villageois la regardent de travers, et elle se rend surtout compte qu'elle ne sait pas grand'chose de la vie que sa mère menait dans le village. Et en enregistrant les sons dans cette maison, une vieille maison aux murs qui craquent, elle se rend compte que le son qu'elle capte est mélangé aux sons du passé et qu'en changeant le micro de position, elle capte des dates différentes. En fait, c'est une quête personnelle, parce qu'il s'agit avant tout d'une jeune femme qui fait son deuil. Et c'est une quête personnelle en parallèle avec une enquête policière. Car le but est de savoir aussi ce qui s'est passé et de trouver l'emplacement dans l'espace où elle va pouvoir enregistrer les minutes du jour J, et donc savoir qui a assassiné sa mère et pourquoi. »

Pourquoi ce travail sur le son pour votre premier film ? Vous avez un lien particulier avec les métiers du son ?

« Non, c'est le sujet que j'ai choisi de traiter et qui m'a amené là où je suis arrivée. C'est un film fantastique mais traité d'une manière très réaliste. Pour moi c'était important, pour qu'on parvienne à croire à ce phénomène étrange il fallait que tout le reste soit très réaliste. Je voulais un sujet un peu personnel pour ce premier film : le deuil. Et quand j'ai commencé à plancher sur le sujet, j'ai commencé à plancher sur ce sujet j'ai un peu puisé dans mon propre vécu. Ce fut un choc pour moi de constater que j'avais perdu à jamais les voix de ma mère et de ma grand-mère. J'avais des photos, des objets, même des odeurs, mais plus aucune trace de leur voix.

'Ecoute le temps'
Et je me suis rendu compte aussi que plus le temps passait plus c'est quelque chose qui s'effaçait dans la mémoire. Il est extrêmement difficile de se souvenir de la couleur de la voix de quelqu'un. Alors très vite j'ai eu envie de donner ce pouvoir à mon personnage, pouvoir que je n'aurai jamais et très vite je suis arrivée à cette histoire des sons du passé. Et comme il s'agit d'une quête personnelle, parce qu'il s'agit de quelqu'un qui fait son deuil, je me suis dit qu'il fallait qu'elle soit ingénieur du son. Une quête personnelle, on la fait avec sa propre sensibilité. Donc Charlotte (interprétée par Emilie Dequenne, ndlr) est quelqu'un qui a une oreille exceptionnelle, elle a déjà cette prédisposition à écouter plus qu'à voir.

Quand j'ai trouvé ce dispositif, cette histoire, je me suis dit aussi qu'il fallait que je la limite dans le temps. D'où cette enquête policière qui s'est un peu greffée par la suite.»

Dans les critiques que l'on peut lire de votre film, il est fait plusieurs fois référence à Roman Polanski. Est-ce que ça vous paraît bien vu ? Est-ce que cela vous touche ?

« C'est très flatteur, j'admire beaucoup ce qu'il fait, surtout que pour moi, c'est quelqu'un qui adapte sa mise en scène et ses moyens techniques aux sujets qu'il choisit. Il a fait des films très différents, et à chaque fois selon moi, il a choisi le traitement le plus juste. C'est quelque chose qui me touche beaucoup et que j'essayerai de faire. Mon premier film est un film fantastique, parfois qualifié de thriller parce qu'il y a cet aspect policier. Mais c'est parce le sujet que j'ai choisi de traiter l'exigeait. La prochaine fois, si le sujet demande un traitement plus fort en couleurs, ou musical, je le ferai aussi. J'essayerai toujours de mettre la technique au service du propos. Polanski, pour moi, fait partie des réalisateurs qui n'a pas une signature à lui dans le style, mais qui adapte toujours de la manière la plus intelligente, la plus juste, qui adapte ses moyens et sa mise en scène au propos. C'est quelque chose qui me parle beaucoup. »


Les droits du premier long-métrage d'Alanté Kavaïté ont déjà été rachetés par un producteur hollywoodien pour en faire un remake américain.