La culture tchèque à Salzbourg

r_2100x1400_radio_praha.png

La culture tchèque sera bien représentée au festival de Salzbourg, qui a commencé samedi. On y accueillera l'Orchestre philharmonique tchèque qui présentera, sous la direction de John Eliot Gardiner, des oeuvres d'Hector Berlioz et de Dmitri Chostakovitch. Au programme du festival, il y a, aussi, la 9ème symphonie "Du Nouveau monde" d'Antonin Dvorak et l'opéra Jenufa de Leos Janacek. Samedi, on a inauguré, également à Salzbourg, en présence du ministre tchèque de la Culture, Pavel Dostal, et de nombreuses personnalités, une exposition du cubisme tchèque. Une centaine de peintures à l'huile, de collages, d'aquarelles et de sculptures évoquent l'importance du rôle du cubisme dans les arts plastiques tchèques, entre les années 1912 et 1916. Les oeuvres réunies, au Musée d'art moderne de Salzbourg, le Rupertinum, démontrent que les peintres et les sculpteurs tchèques de la période cubiste étaient, non seulement, des admirateurs inconditionnels de Picasso et de Braque, mais qu'ils savaient enrichir et développer la doctrine cubiste, par leurs propres inspirations. Mais, revenons encore à la musique. C'est pour la première fois que l'opéra Jenufa, chef d'oeuvre de Leos Janacek, a été présenté, dans le cadre du festival de Salzbourg. Il était temps, car c'est non seulement l'opéra tchèque le plus joué à l'étranger, mais surtout une oeuvre exceptionnelle, dans laquelle Janacek a développé son style original basé sur les mélodies de langage, style qui donne à l'opéra une rare force dramatique...