La Russie accepte de mener des « consultations » avec la Tchéquie au sujet du retrait de la statue d’un maréchal soviétique

Le président tchèque Miloš Zeman a envoyé, jeudi, une lettre de félicitations à son homologue russe Vladimir Poutine, à l’occasion du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a rendu hommage aux 140 000 soldats de l’Armée rouge qui ont péri lors de la libération de la Tchécoslovaquie. « Nous refusons de réécrire l’histoire » a déclaré Miloš Zeman, tout en constatant que les relations entre les deux pays « n’ont pas été simples après la victoire contre l’Allemagne nazie et demeurent compliquées encore aujourd’hui ».

Les commémorations du 75e anniversaire de la fin de la guerre s'accompagnent d'une polémique liée aux tensions mémorielles entre la République tchèque et la Russie, tout particulièrement en raison du retrait par le maire du VIe arrondissement de Prague de la statue controversée d'un maréchal soviétique qui a contribué à la libération de Prague.

Ce samedi, la Russie a accepté, de mener des « consultations » avec la République tchèque à ce sujet, conformément au traité tchéco-russe signé en 1993, selon un communiqué publié sur le site de l’ambassade russe à Prague. Ces négociations visant à apaiser les tensions entre Prague et Moscou ont été initiées par le chef de la diplomatie tchèque Tomas Petříček.