Le gouvernement tchèque pour le référendum

r_2100x1400_radio_praha.png

Le cabinet tchèque a eu, mardi, un programme bien chargé. Tout d'abord, il a adopté le projet de loi budgétaire pour l'an 2002, avec un déficit de 52 milliards de couronnes. Une bonne nouvelle : le gouvernement s'apprête à donner plus d'argent aux affaires sociales, à l'enseignement, à la réforme de la justice et à la sécurité. Une autre nouveauté : les ministres ont décidé d'augmenter le minimum vital de plus de 7% en moyenne, et ceci à partir du 1er octobre prochain. Cela signifie que les Tchèques les plus pauvres auront, au maximum, 360 couronnes de plus dans leurs porte-monnaie (environ de 70FF). Finalement, le cabinet a adopté un projet de loi sur le référendum. Les ministres, ainsi que le Président Havel, veulent ainsi donner aux Tchèques la possibilité de se prononcer, exceptionnellement, certes, sur des questions de haute importance. L'adhésion du pays à l'UE en fait, d'ailleurs, partie. L'avenir de ce projet reste, quand même, incertain : il doit maintenant passer par le Parlement, où il ne sera probablement pas très chaleureusement accueilli.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture