Les fonds d'investissement ou la descente aux enfers.

r_2100x1400_radio_praha.png

Beaucoup de Tchèques ont, depuis le début des années quatre-vingt-dix, fait de mauvaises expériences avec les fonds d'investissement, beaucoup d'autres en sont satisfaits.

Beaucoup de Tchèques ont, depuis le début des années quatre-vingt-dix, fait de mauvaises expériences avec les fonds d'investissement, beaucoup d'autres en sont satisfaits. Il fallait être prudent mais la prudence ne suffit plus. Ces fonds géraient pour beaucoup les actions populaires dont l'origine est la privatisation par coupons. Mais l'onde de choc consécutive au crash boursier aux USA va se ressentir au niveau des fonds tchèques. Des centaines de milliers d'investisseurs ont été touchés par la chute des marchés américains. Les fonds d'investissement n'accumulent ces derniers neufs mois que des pertes. Parallèlement, les marchés mondiaux ont connu le dernier mois une chute importante, notamment le marché des actions sur la plus grande bourse mondiale à New York, ils ont perdu au cours de septembre 12%, ce qui est la plus grande chute depuis août 1998. Ainsi, les secousses des plus grands centres financiers se sont fâcheusement répercutées sur l'épargne de centaines de milliers d'investisseurs dans divers fonds d'investissement tchèques. Ces fonds achètent des actions, mais les prix sont en chute constante.

Celui qui, au début de septembre dernier, a placé son épargne dans les fonds d'investissement locaux, n'avait certainement pas la main heureuse. Il aura perdu, dans le meilleur des cas, 3%, au pire, le cinquième de son investissement. C'est important quand on pense que les fonds d'investissement gèrent des biens dépassant 30 milliards de couronnes.

Toutes les catégories de fonds gèrent au total un montant de 92,4 milliards de couronnes, soit l'équivalent de 3 milliards d'euros. Les spécialistes estiment que les investisseurs se comptent par centaines de milliers. Les fonds qui ont investi dans des sociétés de technologies et de télécommunications sont les plus touchés. Un triste record est détenu par le fond OPF Akro Europtech. Si un investisseur a investi, l'an dernier, dans ce fonds, 100 000 couronnes, aujourd'hui il lui en reste 40.000 seulement. "Les télécommunications ont connu une chute spectaculaire ; elle dépasse les 50% lors des derniers 12 mois ", déclare l'analyste de la société de courtage Cyrus, Roman Skalicky. Mais les actions des sociétés technologiques ne sont pas mieux cotées.

"Parmi les marchés importants c'est l'Allemagne qui fut la plus touchée , dit l'analyste des fonds Petr Simcak de la société Moneco. Au cours de deux dernières années, les actions allemandes ont perdu en moyenne 65% de leur valeur. Au commencement de la crise mondiale en 1929 les marchés, selon Simacek, ont perdu 85%. "Nous n'en sommes pas loin", ajoute-t-il.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture