Les intellectuels tchèques craignent la montée du nationalisme

r_2100x1400_radio_praha.png

Faut-il craindre la montée des émotions nationalistes en République tchèque ?

Les Décrets du Président Benes et le transfert des Allemands des Sudètes, après la Deuxième Guerre mondiale, représentent un problème douloureux, à propos duquel il faut mener, au sein de la société tchèque et au niveau politique, un débat ouvert? C'est dans cet esprit que va une pétition, lancée ces jours-ci, par des intellectuels tchèques. Son nom est on ne peut plus éloquent : Stop au nationalisme. Signée, à ce jour, par des centaines de personnes, la pétition est adressée aux députés du Parlement tchèque. Ceux-ci devraient prendre, très prochainement, à l'initiative du chef de la Chambre des députés, Vaclav Klaus, et du Premier ministre, Milos Zeman, une attitude univoque et unanime à l'égard des deux questions mentionnées et déclarer qu'il s'agit de choses d'intérêt national profond? Les signataires de la pétition en question invitent les députés à faire preuve de leur courage, histoire de ne pas attiser les émotions nationalistes. L'un d'entre eux, le pasteur protestant, Milos Rejchrt, explique :