Les marionnettes de Jiri Trnka à Bruxelles

r_2100x1400_radio_praha.png

Une exposition consacrée au peintre et cinéaste tchèque, Jiri Trnka, a été inaugurée au Centre tchèque, à Bruxelles. Vaclav Richter.

Dans les années cinquante, la presse française estimait que Jiri Trnka allait détrôner Walt Disney. Ce n'était, bien entendu, qu'une illusion car Trnka ne pouvait pas et ne voulait pas se mesurer à la production des studio de Disney, et était loin d'avoir les mêmes possibilités de réalisation et de distribution de films. Jiri Trnka s'est imposé sur les écrans tchèques, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1946, il a porté à l'écran un conte populaire "Les animaux et les brigands" qui lui a valu un prix au festival de Cannes. Il a réalisé son premier long métrage "Spalicek - L'Année tchèque" dans son appartement, déjà en 1947. Ce film de marionnettes, qui évoque d'une façon très originale les coutumes de la campagne tchèque, a obtenu la médaille d'or au festival de Venise. Ce n'était que le début d'une longue série de succès internationaux dont par exemple le film inspirée par le conte de Hans Christian Andersen "Le Rossignol de l'empereur", une parodie des romans du far-west "Air de la prairie", une évocation du passé légendaire de la Bohême "Les vieilles légendes tchèques", "Les Aventures du brave soldat Chveïk", ou bien une comédie charmante inspirée par "Songe d'une nuit d'été" de Shakespeare. Parallèlement, il s'adonnait à la peinture, et notamment à l'illustration de livres. Illustrateur, il savait donner un charme irrésistible aux contes de fées et aux livres pour les enfants. L'exposition, qu'on vient d'inaugurer au Centre tchèque de Bruxelles, n'est pas grande, mais elle permet aux visiteurs de se faire une idée sur ce magicien de l'écran, qu'était Jiri Trnka. On y voit des figurines et des décors formant des scènes entières de ses films célèbres et, notamment, la grande ferme entourée d'une dizaine de marionnettes, qui figure dans le film L'année tchèque. Avant de parvenir à Bruxelles, l'exposition a été admirée, déjà, à Budapest et à Berlin. C'est une exposition qui voyage beaucoup et, partout, elle subjugue le public par sa poésie. Nazim Hikmet a dit: "Je connais deux poètes du cinéma - Charlot et Trnka."