Milos Forman et ses fils ressuscitent au Théâtre national un opéra bouffe de 1965

'Une promenade bien payée', photo: CTK

« Une promenade bien payée », spectacle créé en 1965 au théâtre Semafor par le fameux duo de comédiens et chanteurs, Jiri Suchy et Jiri Slitr, renaîtra sur la scène du Théâtre national de Prague. Pour cette nouvelle production, l'oeuvre qu'on pourrait désigner comme un « opéra de variété » a été revue et corrigée par le réalisateur de cinéma Milos Forman et ses fils.

'Une promenade bien payée', photo: CTK
En 1965, c'était un grand succès. Le public adorait et fredonnait les chansons de cet opéra peu conventionnel qui a été très bien servi par les meilleurs chanteurs de variété tchèques de l'époque. La chanson intitulée « Tu es le plus beau paysage que je connaisse » est devenue un grand tube qu'on n'est pas prêt d'oublier encore aujourd'hui. Jiri Suchy se souvient de la première impulsion qui a fait démarrer le projet :

Milos Forman et Jiri Suchy, photo: CTK
« Mon inspiration est venue de Jiri Slitr. Il m'a dit un jour : 'J'ai l'ambition de faire un opéra. Ecris un livret pour moi.' J'y ai réfléchi et j'ai décidé que cela devrait être aux antipodes d'un opéra classique, officiel. Et je me suis dit : 'Si on le situait par exemple dans une salle de bain ?' L'action de la première version de l'opéra était située uniquement dans une salle de bain. La version actuelle, celle du Théâtre national, est déjà différente, cela se passe dans tout un appartement. Mais à l'époque on s'est dit que si l'on plaçait l'action dans une salle de bain, on couperait les liens avec l'opéra classique et cela ferait un opéra venu d'ailleurs. »

Il est bien difficile de résumer cette histoire d'un jeune couple en instance de divorce qui est soudainement ressoudé par l'espoir d'un héritage. Le spectacle dans lequel interviennent un avocat, un facteur et une tante venue de Liverpool, marie la poétique quasi surréaliste, le café-théâtre, la comédie musicale et l'humour irrésistible du duo Suchy-Slitr. C'est le réalisateur Milos Forman et ses fils Petr (mise en scène) et Matej (scénographie), qui ont relevé le défi et se sont chargés de la résurrection de cette oeuvre. Pour Milos Forman c'était un nouveau chapitre de sa vie professionnelle :

Photo: CTK
« Je suis un débutant. Je n'ai jamais mis en scène un opéra. Je n'ai fait que quelques petits morceaux d'opéra que j'ai mis dans mon film. Et je vous dis franchement, comparé au théâtre, faire un film c'est de la rigolade. Et cela pour plusieurs raisons. Quand je réalise un film, j'arrange une séquence, je la passe au cameraman et je peux faire un petit somme de vingt minutes. Tandis qu'au théâtre, on doit être concentré souvent pendant dix heures et plus. Quand on tourne, on peut répéter une séquence deux ou trois fois jusqu'à réussir une version qui est bonne. Au théâtre, on répète jusqu'à obtenir un bon résultat, mais le lendemain tout est différent. Un comédien a oublié ceci, un autre a mal fait cela et il vous faut recommencer depuis le début. Et, à mon âge, cela me tape sur les nerfs. »

Il ne faut pas s'attendre à un spectacle de chambre créé pour le théâtre Semafor, une petite salle où le contact immédiat avec le public jouait un rôle important. La nouvelle version est conçue pour une grande scène, un grand orchestre symphonique, un choeur d'enfants et un choeur de femmes. La première très attendue par la critique et le public aura lieu, ce dimanche, au Théâtre national.