Nomination de Martin Putna : le président tchèque n'apprécierait pas sa participation à la Prague Pride

Le président tchèqe Miloš Zeman n'a toujours pas officiellement révélé les raisons exactes pour lesquelles il refuserait de nommer Martin Putna professeur d'université. Mais samedi, il a déclaré à la télévision tchèque qu'il n'aurait pas apprécié la participation de cette universitaire à la Prague Pride 2012, le défilé des fiertés homosexuelles. Le chef de l'Etat a donc ainsi indirectement confirmé les propos du vice-président du Parti des droits des citoyens, soutien de Miloš Zeman, qui avait déclaré que ce dernier hésitait à le nommer professeur en raison de ses opinions libérales. Celles-ci sont également critiquées par certains représentants de l'Eglise catholique, comme l'abbé du cloître de Strahov, qui s'était empressé de féliciter le président de la République pour sa décision. A contrario, cette prise de position avait soulevé les critiques du monde politique, de gauche à droite. Certaines voix ont même appelé à supprimer cette prérogative purement formelle du chef de l'Etat à nommer les professeurs d'université, prérogative qui date de l'époque de l'empire austro-hongrois.

En lien avec cette affaire, Miloš Zeman a fait savoir qu'il souhaiterait rencontrer le recteur de l'Université Charles Václav Hampl, afin de discuter avec lui de ses objections vis-à-vis de la nomination de Martin Putna au poste de professeur.

Auteur: Anna Kubišta