Nouvelles Lundi, 15. NOVEMBRE, 1999

r_2100x1400_radio_praha.png

Par Jan Uhlir

Vaclav Havel de retour à Prague

Retour, ce dimanche, du président Vaclav Havel, après deux semaines de congé passées au Portugal. A première vue, il en a eu besoin, car il a devant lui une semaine bien chargée. Il va participer à toute une série de manifestations organisées à l'occasion du 10e anniversaire de la chute du communisme dans le pays. Lundi, en plus, il tiendra compagnie aux présidents d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse qui seront présents à l'inauguration du Festival du théâtre de langue allemande à Prague.

La présidente de Suisse en visite en République tchèque

La première du trio des chefs d'Etat, Mme Ruth Dreifuss, présidente de Suisse, est arrivée à Prague déjà samedi soir. Bien que sa visite tombe à la fin de son mandat présidentiel, elle aura des conversations avec les plus hauts responsables tchèques. Inutile d'ajouter qu'elle profitera de son séjour pragois pour s'entretenir aussi avec ses homologues allemand et autrichien.

Les Tchèques viennent en aide aux sinistrés turcs

La République tchèque n'est pas indifférente à l'épreuve à laquelle sont exposées, ces jours-ci, les victimes d'un nouveau séisme en Turquie. Le gouvernement a débloqué, samedi, des moyens pour une aide humanitaire à ce pays. Des secouristes tchèques sont déjà sur place et partie d'un hôpital de campagne de l'armée tchèque s'est également déplacée à l'épicentre du tremblement de terre. Après la Croix rouge, l'association ADRA vient de lancer une collecte à l'aide des Turcs sinistrés.

Crépuscule de la coalition arc-en-ciel ?

C'est par un échec que s'est terminée, samedi soir, la table ronde ayant réuni les chefs des principaux partis politiques. Vaclav Klaus, président du Parti civique démocrate qui l'avait convoquée, n'a pas réussi à gagner ses interlocuteurs pour son idée de mettre en place un gouvernement commun des partis de droite avec les sociaux-démocrates.

OUI aux négociations, NON à la guerre en Tchétchénie

Bien que les milieux officiels tchèques prennent leurs distances de la visite, lundi à Prague, du chef de la diplomatie tchétchène, Ilias Akhmadov, la Fondation l'Homme en détresse, qui l'a invité, y attache une grande importance. Il faut exercer une pression sur la direction russe - dit le chef de la Fondation, Tomas Pojar - pour qu'elle entame des négociations politiques sur la crise en Tchétchénie.

Un sénateur critique la politique d'autruche du cabinet tchèque

Le boycottage officiel de la visite de M. Akhmadov à Prague est fort critiqué par l'Alliance civique démocrate, un parti de droite qui n'a pas réussi à passer à la Chambre des députés lors des dernières législatives. Dans son entretien accordé à l'agence CTK, le sénateur Michael Zantovsky, son vice-président, n'a pas mâché les mots. L'Alliance civique démocrate, a-t-il dit, proteste contre la politique lâche du gouvernement tchèque vis-à-vis des bestialités de l'armée russe en Tchétchénie.

Pour ne pas oublier les victimes...

A quelques jours du 10e anniversaire de la fin du régime totalitaire dans le pays, des manifestations commémoratives se multiplient en République tchèque. Un monument à la mémoire des victimes de la violence, du mal et des guerres, a été ainsi consacré, ce dimanche, à Borsov, en Bohême du sud.

Un regret tardif

Un aveu pas comme les autres... celui du général Edouard Vorobev, député de la Douma russe, naguère le dernier commandant des armées d'occupation soviétiques, avant leur départ définitif de Tchécoslovaquie. En 1968, dit-il aujourd'hui à l'agence CTK, je suis venu en Tchécoslovaquie en tant que propagateur des « idées progressistes du socialisme ». En 1989, je me sentais tel un occupant. Une sincérité, certes, respectable qui vient pourtant un peu tard.

Météo

Une légère amélioration par rapport aux jours précédents, un ciel pourtant avare d'éclaircies. Précipitations locales, températures autour de cinq degrés...