Nouvelles Mardi, 10. MARS, 1998

r_2100x1400_radio_praha.png

Nouvelles 10.3.98

Déclarations de Vaclav Havel

Ce lundi, avant de s'envoler pour la Pologne, le Président Vaclav Havel a donné une conférence de presse dans laquelle il n'a pas ménagé de ses critiques les représentants de la social-démocratie pour leur attitude vis-à-vis de l'intégration de la République tchèque à l'OTAN. Le fait pour ce parti de demander l'organisation d'un référendum sur l'admission à l'OTAN, le Président tchèque l'a qualifié de mesure "non justifiée" tout en accusant certains responsables sociaux-démocrates "d'irresponsables, d'aventuriers, et de gens manquant d'expérience et mettant les intérêts de leur parti au-dessus des intérêts du pays". "La sécurité de notre Etat, la sécurité des générations futures, ne devrait être en aucun cas un jeu de certains partis politiques" a dit Vaclav Havel à l'adresse des sociaux-démocrates. Dans la même conférence de presse, le président s'est attardé sur les événements tragiques du Kosovo, en précisant que l'on devrait laisser clairement entendre à l'actuel Président serbe, Slobodan Milochevic, qu'il "devrait reconnaître les droit des Albanais du Kosovo, y compris le droit à une éventuelle autonomie". "Il n'est pas possible, a ajouté Vaclav Havel, de laisser durer le conflit, il faut lui mettre fin à ses débuts", et non plus attendre nombre d'années, comme dans le cas de la Bosnie-Herzégovine.

Répliques de Milos Zeman

Milos Zeman, président de la social-démocratie et de la Chambre des députés, a critiqué à son tour Vaclav Havel pour ses propos contre l'organisation d'un référendum sur l'admission à l'OTAN en ces termes: "Les fonctions du Président sont délimitées clairement dans la constitution tchèque et ses compétences spécifiées avec précision". Et d'ajouter que ce n'est pas une bonne chose qu'un haut responsable étatique outre-passe ses compétences. Quant à un autre propos de Vaclav Havel selon lequel il n'est pas dit que Milos Zeman sera le futur premier ministre, ce dernier a déclaré à l'adresse des journalistes: "Comme vous le voyez, le Président n'a été élu qu'au second tour et avec une voix seulement, soit dit en passant, c'est ma voix, car j'ai voté pour monsieur le Président, et si moi, personnellement, j'ai été élu à une quelconque fonction avec une voix seulement et au second tour, je me serais comporté prudemment et modestement."

Le ministère tchèque des A.E. à propos de la Slovaquie

Dans une déclaration, ce lundi, le ministère tchèque des A.E. s'est dit "conscient de la montée de la tension dans la société slovaque ces derniers temps". Mais dans le même temps, il a dit sa conviction que la République slovaque "restera fidèle à son attachement aux principes de la démocratie et de l'Etat de droit". Et d'ajouter que le ministère suit avec attention la situation en Slovaquie.

Jan Ruml à propos de l'Union de la liberté

Le président de l'Union de la liberté, Jan Ruml, a dit sa conviction que les conditions de création de son parti -que nous savons né d'une scission de l'ODS- ne souffrent d'aucune ambiguÍté et que les propos du chef du groupe parlementaire de la social- démocratie, Stanislav Gross, sur une éventuelle connivence entre son parti et l'ODS, n'ont aucun sens et doivent être compris comme une attaque de plus contre l'Union de la liberté et ses moyens indépendants d'action. Rappelons que Stanislav Gross a qualifié la création de l'Union de la liberté de manoeuvre intéressante de l'ODS, qui, perdant des voix, a trouvé un subterfuge pour en regagner.

Manifestations en faveur du Tibet

Ils sont à peu près une soixantaine de communes et de municipalités qui ont décidé, ce lundi, à l'occasion du 49ème anniversaire de l'occupation du Tibet par la Chine et du 39ème anniversaire du Soulèvement tibétain, de hisser sur leur siège le drapeau du Tibet. D'autre part, ce mardi, le Mouvement écologique social indépendant organisera à Brno un rassemblement en faveur du soutien pour le Tibet. Les intéressés auront des informations sur la violation des droits de l'Homme au Tibet, tandis que le centre de documentation pour les droits de l'Homme organisera la signature d'une pétition de soutien.

Chômage: statistiques

Le chômage en République tchèque. Le chiffre enregistré à la fin du mois de février est de 5,61 %, contre 5,57 % en janvier. Mais cette stagnation est passagère, estiment les spécialistes qui situent le chômage, à la fin de cette année, de 6,5 à 7%.