Nouvelles Mercredi, 22. MARS, 2000

r_2100x1400_radio_praha.png

Par Vaclav Richter

Divergence des vues du Président et du Premier ministre

Le Président tchèque Vaclav Havel et le Premier ministre Milos Zeman ont des vues différentes sur les méthodes à adopter pour lutter efficacement contre le crime organisé et la criminalité économique. Le porte-parole du Président, Ladislav Spacek, refuse cependant de préciser les problèmes litigieux.

Le nouveau ministre sans portefeuille

C'est le vice-président du comité du Parti social-démocrate tchèque dans le 10ème arrondissement de Prague, Karel Brezina, qui sera nommé, jeudi, ministre sans portefeuille dans le cabinet Zeman. Il remplacera le ministre Jaroslav Basta. Le Président Havel et le Premier ministre Zeman ont déjà préparé le calendrier du remaniement du cabinet. On attend aussi les démissions du ministre de l'Intérieur Vaclav Grulich, du ministre de l'Aménagement territorial Jaromir Cisar et du ministre des Transports Antonin Peltram.

Démission d'un membre de la présidence de la Commission boursière

Mme Jana Pospisilova, membre de la présidence de la Commission boursière chargée de surveiller le marché des valeurs en République tchèque, a démissionné. Dans une lettre adressée au Président de la République, Jana Pospisilova se plaint du manque d'intérêt pour le travail de la commission de la part du cabinet et met en cause le respect des principes démocratiques en République tchèque.

La Tchéquie et la Tchétchénie

La République tchèque appuiera l'initiative du Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Mme Mary Robinson, en vue de trouver une solution politique de la situation en Tchétchénie sans mettre en cause l'intégrité territoriale de la Fédération russe. Une déclaration du ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kavan. Bien que la République tchèque condamne toutes les formes du terrorisme, elle n'approuve pas non plus les méthodes de lutte contre ce fléau utilisées en Tchétchénie. Selon le ministre tchèque, la Russie ne vise pas ceux qui violent les droits de l'homme, mais a déclaré la guerre à tous les Tchétchènes.

Visite du général Wesley Clark

Les activités des soldats tchèques dans les missions des forces internationales en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo ont été hautement appréciées par le commandant en chef des forces de l'OTAN en Europe, Wesley Clark, qui effectue une visite officielle de la République tchèque. Lors d'une conférence de presse, il a souligné qu'il faut mener à bout la transformation de l'armée tchèque. Il a mis l'accent surtout sur un financement stable, la formation des commandants, l'amélioration de la connaissance de l'anglais, un renforcement des structures d'organisation de l'armée et la mise à la disposition de l'armée du matériel militaire moderne.

Karel Hoffmann accusé de haute trahison

L'ancien chef de la Centrale des syndicats tchécoslovaques, Karel Hoffmann, a été accusé de haute trahison à cause de ses activités lors de l'invasion des armées du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie en 1968. On lui reproche d'avoir ordonné de suspendre les émissions de radio et de télévision pour bloquer les informations sur les agresseurs et pour donner la parole à ceux qui cherchaient à justifier l'invasion.

Parution de la traduction tchèque de Mein Kampf

La maison d'édition pragoise Otakar II a publié le livre d'Adolf Hitler Mein Kampf. Bien que le directeur de la maison d'édition Michal Zitko affirme qu'il ne s'agit que d'un document historique, la parution du livre a suscité de nombreuses protestations. On reproche à l'éditeur surtout de ne pas avoir ajouté au texte un commentaire qui expliquerait au lecteur la nocivité des idées réunies dans cet ouvrage majeur du nazisme allemand. Le président de l'Union tchèque des combattants pour la liberté, Jakub Cermin, qualifie la parution du livre de propagande en faveur du fascisme.