Nouvelles Mercredi, 26. JUILLET, 2000

r_2100x1400_radio_praha.png

L'Union internationale des Roms en congrès à Prague

C'est avec l'hymne des Roms et une minute de silence à la mémoire des victimes des guerres et des conflits ethniques qu'a commencé, ce mardi à Prague, au siège de Radio Europe libre - Radio liberté, le cinquième congrès mondial de l'Union internationale des Roms. Les délégués de 40 pays devraient en principe adopter un nouveau programme et une nouvelle représentation. Ils auront à l'ordre du jour la situation des Roms dans la province du Kosovo et en Yougoslavie, la restitution des biens des Roms victimes de l'holocauste, l'émigration des Roms d'Europe centrale et de l'Est ainsi que la question de la standardisation de la langue rom.

Une demande d'annulation de la vente de l'IPB

Le fonds de restitution et d'investissement, (RIF), a déposé ce mardi au tribunal commercial de Prague une plainte tendant au prononcé de la nullité de la vente de la banque IPB à la banque CSOB. Même en période d'administration judiciaire, a dit le président de RIF, Jan Kalfus, l'administrateur judiciaire est tenu de convoquer l'assemblée générale, préalablement à toute vente. Notons que RIF détient dans l'IPB 4,9 % du capital.

Tous les déportés seront indemnisés

A l'avenir, les déportés du travail en Autriche pendant la Deuxième Guerre mondiale seront dédommagés dans la même étendue que les déportés du travail en Allemagne, a déclaré Jan Kavan, chef de la diplomatie tchèque, à la clôture des négociations avec la partie allemande sur l'indemnisation. Il a précisé que ce dédommagement a été rendu possible, notamment parce que les Etats-Unis, à la mi-juillet et sur demande de Prague, ont confirmé la validité des mesures prises par la Tchécoslovaquie dans l'affaire du patrimoine des anciens citoyens allemands.

Les indemnisations allemandes

La partie allemande débloquera, en effet, pour le dédommagement des déportés tchèques du travail obligatoire, 423 millions de marks (7,74 milliards de couronnes). Les personnes ayant été dans des camps de concentration auront droit à 15.000 marks (environ 274.500 couronnes), les déportés du travail 5000 marks (91.500 couronnes).

Des actions de la CSA sur le marché en l'an 2002

Le gouvernement envisage de mettre sur le marché, en l'an 2002, des actions de la compagnie aérienne tchèque, la CSA, détenues par le Fonds du patrimoine national et la Banque de consolidation. Il s'agit d'un processus très long, disent les responsables. Ce sont 25 % du capital, avec 89 % de participation étatique, qui seront offerts aux investisseurs potentiels. Ajoutons que c'est ce mercredi que le gouvernement se prononcera sur l'admission de la CSA à l'alliance Sky Team, qui sera formée par Air France, Delta Airlines, AeroMexico et Korean Air.

Le commerce tchéco-slovaque

Les relations économiques et commerciales tchéco-slovaques sont très profitables pour la République tchèque, à en juger par le revenu du commerce extérieur, 137 milliards de couronnes en 1999, avec un actif à l'avantage de Prague, de 15,5 milliards de couronnes. La Slovaquie est à la seconde place parmi les partenaires commerciaux de la Tchéquie, après l'Allemagne.

La Commission européenne et l'ancienne nomenklatura

L'intention de la Commission européenne d'évaluer dans un rapport, cette année encore, la liaison entre l'ancienne nomenklatura et les nouvelles structures économique, dans la majorité des pays candidats, a été saluée par la classe politique tchèque, dans son ensemble. Certains députés ont manifesté cependant leur doute quand à la capacité de la commission de déchiffrer cet écheveau. Le député ODS, Marek Benda, estime que toute une série d'anciens hauts responsables communistes continuent "d'être lié à l'Est et sont de ce point de vue dangereux". Et d'ajouter: Je suis heureux que l'Europe ait enfin pris conscience de ce problème dont chacun a conscience, ici.

Prague se débarrassera des graffiti

La ville de Prague va débloquer de son budget à peu près 9 millions de couronnes, soit l'équivalent de 1,6 millions de FF, pour faire disparaître, d'ici à la fin de l'année, les graffiti des murs de la capitale. Une déclaration du maire, Jan Kasl. Deux autres millions seront affectés à une campagne médiatique, aux fins d'expliquer aux contribuables la démarche de la mairie.