Nouvelles Vendredi, 17. DÉCEMBRE, 1999

r_2100x1400_radio_praha.png

Par Omar Mounir

Bratislava voudrait coordonner avec Prague

La Slovaquie est prête à coordonner son action avec la République tchèque tant pour ce qui est des négociations d'intégration à l'Union européenne que dans les questions intéressant les griefs retenus contre les décrets Benes. C'est ce qu'a déclaré à la presse le négociateur slovaque pour l'admission à l'Union, Jan Figel. "Nous serions heureux de coopérer avec la République tchèque, a-t-il dit, pour toutes les affaires afférentes à notre passé commun, mais aussi à notre avenir.

Milos Zeman en Chine

Ce sont les échanges commerciaux et le renforcement de la coopération entre la République tchèque et la Chine qui ont dominé les discussions, ce jeudi à Pékin, entre le Premier ministre tchèque, Milos Zeman, et son homologue chinois, Tchu Jung-Tim. Les thèmes politiques, nous les avons à peine abordés, a dit Milos Zeman. "Nous avons réitéré un point de vue bien connu, à savoir que la République tchèque, comme le reste du monde, reconnaît le principe de l'unité de la Chine et s'interdit de s'ingérer dans ses affaires intérieures" a ajouté le Premier ministre tchèque, qui a précisé que dans le communiqué commun de clôture de la visite, attendu ce samedi, il sera question du développement de la démocratie et des droits de l'homme en Chine.

Deux générateurs tchèques pour la Chine

Un contrat pour la livraison de deux générateurs de 500 mégawatts d'une valeur de 9,5 milliards de couronnes, destinés à une centrale nucléaire chinoise, a été signé ce jeudi par le directeur général de Skoda Export, Jan Ricica et le président de la société China electric. La cérémonie de signature a eu lieu en présence des deux premiers ministres. Signalons qu'à l'occasion de ce voyage, le ministre tchèque des A.E., Jan Kavan, s'est aussi rendu à Hongkong où il a eu des entretiens en vue du renforcement des relations économiques et commerciales.

Les ouvriers de Zetor réclament leurs salaires

L'occupation des locaux à l'usine Zetor de fabrication de tracteurs à Brno, a pris fin à 15 heures, soit une heure à l'avance par rapport à l'horaire prévu. Les ouvriers réclament le paiement des salaires aux échéances prévues par le contrat collectif et le maintien de l'entreprise par le gouvernement. Les salaires d'octobre et novembre n'ont pas été versés, et seuls 60% du salaire ont été payés au titre de juin, juillet, août et septembre. Zetor aurait cette année un déficit dépassant le milliard de couronnes, soit un peu moins de 180 millions de FF. L'entreprise est propriété de la société Motokov International et de l'Etat tchèque.

Grève à Mlada Bleslav

Un autre conflit social à l'usine d'automobiles Skoda de Mlada Boleslav en Bohême centrale où les ouvriers réclament une augmentation des salaires à partir de janvier. Seuls 4 ouvriers sur 300 ont travaillé samedi, tandis que la grève freine la livraison du dernier modèle, la Fabia.

Six trafiquants de drogue sous les verroux

Lors d'une perquisition opérée simultanément dans six lieux différents, la police de Moravie du nord a arrêté six fabricants de drogue et dealers et saisi du matériel de fabrication de la pervitine et une quantité de drogue d'une valeur de huit millions de couronnes. C'est la plus importante saisie de drogue des cinq dernières années. La police a travaillé sur le cas pendant six mois. Les personnes mises en état d'arrestation ont été tout de suite inculpées de fabrication et détention illégale de stupéfiants et mises en détention préventive. Le groupe avait des ramifications en Pologne d'où il recevait la matière première et où le produit fini était renvoyé.

Complication de la privatisation de la Komercni banka

La perte extraordinaire, par la Komercni banka, de 8 milliards de couronnes, soit 1,4 milliards de FF, sur une seule transaction, peut compliquer sa privatisation, et conduire l'Etat, en tant qu'actionnaire principal, à accepter les conditions les plus défavorables lors de la vente de sa quote-part, estiment les analystes. De leur point de vue, plus que cette perte est plus grande encore la perte de confiance auprès des investisseurs potentiels.

Un sondage sur l'engagement russe en Tchétchénie

Selon un sondage STEM, 54% des Tchèques sont contre l'intervention armée de la Russie en Tchétchénie. 56% estiment que l'Occident devrait, à cause de cette agression, prendre des sanctions économiques à l'égard de Moscou. Mais ils ne sont que 45% à considérer que la République tchèque devrait observer une position ferme contre les méthodes russes en Tchétchénie.