Nouvelles Vendredi, 23. JUIN, 2000

r_2100x1400_radio_praha.png

Par Jaroslava Gissubelova

Rencontre des ministres de la Justice de France et de Tchéquie

Dans le domaine de la justice, la République tchèque est très bien préparée à son entrée à l'Union européenne, a indiqué aux journalistes Mme Elisabeth Guigou, ministre de la Justice de France, qui a rencontré à Paris son homologue tchèque, Otakar Motejl, et lui a remis l'ordre de la Légion d'honneur. Otakar Motejl participe, vendredi, à Paris, au Palais de Justice, à une conférence de l'Association Masaryk sur le thème "Dix ans de coopération juridique franco-tchèque". A l'Ile de la Cité, le ministre tchèque inaugurera une plaque à la mémoire des séjours parisiens dans ce palais du roi tchèque, Charles IV.

Incertitude des candidats à l'admission à l'UE

Les pays candidats à l'admission à l'Union européenne ne peuvent pas compter sur une date et un scénario de l'élargissement de l'Union. Une déclaration de Günter Verheugen, commissaire pour les questions de l'élargissement, faite à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre tchèque, Milos Zeman. Selon le commissaire, l'an 2005 serait la date la plus éloignée de l'admission de nouveaux membres. Lors de sa visite à Prague, Günter Verheugen a exprimé une certaine déception du rythme des réformes administratives et territoriales.

La demande d'un référendum sur l'UE

A la suite d'une rencontre avec Günter Verheugen, le Président de la Chambre des députés et du Parti civique démocrate, Vaclav Klaus, a rappelé sa demande que l'admission de la Tchéquie à l'Union européenne fasse l'objet d'un référendum.

Les Décrets Benes au programme du Parlement européen

La commission étrangère du Parlement européen a commencé à examiner le projet de résolution sur la République tchèque qui sera soumise à la session plénière du Parlement en octobre prochain. Le document pose, entre autres, la question de savoir si les décrets Benes n'étaient pas en contradiction avec la législation de l'Union européenne.

Le cabinet expliquera la vente de la banque IPB

Lors de sa prochaine session, le gouvernement expliquera, pas à pas, sa décision de vendre la Banque d'investissements et des Postes, IPB, a indiqué à la Radio tchèque Pavel Mertlik, ministre des Finances. Il a réagi ainsi à la demande de Vaclav Klaus, président du Parti civique démocrate, de créer une commission parlementaire qui enquêterait sur les circonstances de vente de la banque IPB à la Banque commerciale tchécoslovaque, CSOB. Selon Vaclav Klaus, la décision du cabinet de vendre la banque sera payée par chaque famille dans notre pays par environ 25 000 couronnes.

Entretiens tchéco-égyptiens

Les questions parlementaires, la situation politique, notamment au Proche-Orient, et les possibilités de coopération économique ont été au programme des entretiens du président du Conseil consultatif égyptien, Mustaf Kamal Hilmi, avec les chefs des deux chambres du Parlement tchèque, Vaclav Klaus et Libuse Benesova, ce jeudi, à Prague. Il s'agit des premiers entretiens tchéco-égyptiens directs depuis la création de la République tchèque, en 1993.

Conférence de presse du ministre de la Culture

Le ministre de la Culture, Pavel Dostal, considère comme son plus grand succès la préparation du projet de loi sur la liberté religieuse et sur la situation des Eglises et des sociétés religieuses. Les questions patrimoniales entre l'Etat et l'Eglise feront l'objet des prochaines négociations, a indiqué le ministre. Interrogé sur le sort du cimetière juif historique découvert lors des travaux de construction au centre de Prague, le ministre Dostal a déclaré que cette affaire était close, en dépit des protestations des Juifs étrangers.

Hommage à Milada Horakova

Inauguration, ce jeudi, au Mémorial de Terezin, d'une plaque commémorative en hommage à Milada Horakova, femme politique tchèque, emprisonnée pour ses activités patriotiques dans la petite forteresse de Terezin dans les années 1942 - 1944. L'acte de piété a eu lieu à l'occasion du 50ème anniversaire de l'exécution de Milada Horakova, le 27 juin 1950, suite à un procès politique.

La récolte ne s'annonce pas bonne

La chaleur et la sécheresse ont précipité la récolte de trois semaines. Les rendements par hectare seront de 30% plus bas que l'an dernier. Le temps extrêmement chaud risque aussi d'influer négativement sur la qualité des plantes.