Souvent fermées la journée, les églises tchèques s’ouvrent à tous le temps d’une nuit

Photo: Kristýna Maková

La cinquième édition de la Nuit des églises se tient ce vendredi en République tchèque. Plus de 1 400 églises de tout le pays ouvrent exceptionnellement leurs portes aux visiteurs tout en leur proposant un riche programme d’accompagnement. L’occasion pour Radio Prague d’évoquer cet événement avec Aleš Pištora, porte-parole de l’archevêché de Prague, qui souligne non seulement la dimension culturelle mais aussi spirituelle de la Nuit des églises.

Aleš Pištora, photo: Tomáš Vodňanský, ČRo
« La Nuit des églises est un événement qui marque l’ouverture des églises chrétiennes dans leur ensemble, qu’elles soient catholiques, protestantes ou orthodoxes. Il ne s’agit pas seulement d’ouvrir les églises, mais aussi d’ouvrir le cœur des croyants. Il est très important que les gens qui ne fréquentent pas les églises, on pourrait les qualifier de non-croyants, soient les bienvenus. La Nuit des églises veut montrer la richesse de la culture chrétienne, ainsi que la vie des croyants. »

La Nuit des églises se donne ainsi pour objectifs de présenter l’architecture et l’art religieux et de faire découvrir la foi et la vie des chrétiens. C’est pourquoi les organisateurs proposent à la fois des visites guidées des cryptes historiques et des débats avec les prêtres. Plusieurs milliers de bénévoles participent aussi à la réalisation de ce programme.

Si un autre événement nocturne, la Nuit des musées, se tiendra pour la onzième fois en juin, on inaugure ce vendredi la cinquième édition de la Nuit des églises. Aleš Pištora revient sur l’origine de cette manifestation :

Photo: Kristýna Maková
« A Prague, c’est en effet la cinquième fois que nous organisons cet événement. Au départ, c’était il y a dix ans de cela quelque part à Vienne, un prêtre a laissé son église ouverte pendant la nuit. Il a été très étonné du nombre de gens qui sont venus pour visiter l’église. Il s’est donné pour objectif de transformer cet événement en quelque chose de plus grand comme la Nuit des églises. »

La manifestation s’est rapidement diffusée en Autriche pour traverser les frontières en 2009. Depuis, elle se déroule à Brno et à Plzeň, puis à Prague depuis 2010 et dans d’autres communes tchèques et européennes. En 2014, plus de 1 400 églises en République tchèque se sont jointes à l’événement, dont plus de 270 dans la région de Bohême centrale et plus de 150 à Prague. Et Aleš Pištora explique l’intérêt d’avoir un nombre le plus important possible d’édifices religieux ouverts :

« Chaque église est intéressante, pas seulement les plus grandes églises au centre de Prague, mais aussi les plus petites situées dans les banlieues. A tous ces endroits, il est possible d’écouter de la musique, d’assister à des pièces de théâtre ou de visiter des espaces qui sont normalement fermés au public. J’invite les gens à se rendre plus particulièrement dans les cloîtres, car ils permettent non seulement de découvrir la beauté des églises, mais aussi de mieux comprendre la vie des moines et la vie dans un monastère. »

Photo: Adriana Krobová, ČRo
Contrairement à ce qui est l’habitude en France, la majorité des églises en République tchèque sont fermées le reste de l’année non seulement la nuit mais aussi durant la journée, à l’exception bien entendu des heures de célébration des offices religieux. Pour Aleš Pištora, cette réalité regrettable réside dans le manque de respect pour les édifices religieux, qui s’est manifesté notamment par les vols de très nombreux artefacts religieux ainsi que par l’endommagement des églises. Leur Nuit est par conséquent également une invitation à faire preuve de plus de respect afin qu’à terme, une plus grande ouverture des églises soit envisageable.

Par ailleurs, le nombre de visiteurs qui participent à la manifestation s’accroît tous les ans : ainsi, environ 450 000 entrées ont été enregistrées l’année dernière. La Nuit des églises se tient également dans d’autres villes européennes, comme par exemple à Lausanne ce samedi.