Visite à l'Institut d'études slaves

r_2100x1400_radio_praha.png

C'est une vielle maison très pittoresque située rue Michelet à Paris, tout près du jardin de Luxembourg. Elle appartenait jadis à la famille de l'historien Ernest Denis, aujourd'hui elle abrite deux institutions de recherches - l'Institut d'études slaves et le Centre d'études slaves. C'est dans cette maison parisienne que je vais vous inviter aujourd'hui.

Qui était Ernest Denis, homme qui a offert sa propre maison à l'Institut d'études slaves? Jadis, le monument en bronze d'Ernest Denis dominait la Place de Mala Strana à Prague. Aujourd'hui sa statue n'existe plus car elle a été déboulonnée par les nazis allemands. C'est l'Institut français de Prague qui porte encore le nom de cet homme qui a consacré presque toute sa vie à l'histoire et à l'avenir des peuples slaves. Ernest Denis est né en 1849. Après avoir fini ses études à l'Ecole normale supérieure, il se rend en 1872 en Bohême pour étudier l'histoire du peuple tchèque qui a montré en 1871 avec courage sa solidarité avec la France. Peu à peu il devient l'un des plus grands connaisseurs de l'histoire de Bohême. Auteur d'ouvrages sur le réformateur Jan Hus, sur le roi Georges de Podebrady et la bataille sur la Montagne Blanche il attire l'attention de l'Europe et du monde sur le petit peuple tchèque. Lors de la Première Guerre mondiale, il devient aussi un personnage politique. Il se rend compte de l'importance de l'ethnie slave pour l'évolution européenne et joue un rôle important lors de la création de la Tchécoslovaquie indépendante en 1918. Vénéré comme un grand ami du peuple tchèque, il meurt en 1921.

Entrons donc à son ancienne maison parisienne qui abrite aujourd'hui, comme je viens de dire, deux institutions de recherches. J'ai eu d'abord l'occasion de poser quelques questions à M. Michel Acouturier, président de l'Institut d'études slaves. La maison de la rue Michelet abrite également le Centre d'études slaves, qui est une institution plus récente. Le directeur du Centre, M. Pierre Gonneau, m'a dit...