2020, une très mauvaise année pour les apiculteurs tchèques

Photo: Kristýna Maková

Les apiculteurs tchèques déplorent une saison calamiteuse pour la récolte de miel. Après un hiver qui a vu la décimation de nombreuses ruches, l'été a été particulièrement pluvieux en Tchéquie créant des conditions climatiques difficiles pour les abeilles, ralentissant leur butinage et donc, affaiblissant la production de miel.

Alors que depuis plusieurs années déjà, la production de miel est à la baisse un peu partout dans le monde en raison de la disparition des abeilles, 2020 s'inscrit déjà parmi les pires années pour les apiculteurs tchèques, selon le site e15.cz. Alors que par le passé, les apiculteurs avaient en général encore des réserves de la récolte de miel de l'année précédente, celle année, la production est déjà un peu partout épuisée.

Miroslav Peroutka,  photo: ČRo

En cause cette année, notamment, l'été particulièrement pluvieux qui a entraîné une baisse significative de la production de miel. « Les rapports des apiculteurs n'ont pas encore tous été analysés, mais d'après ce que je sais déjà de nombreux collègues, on peut s'attendre à la moitié de la production habituelle, dans le meilleur des cas les deux tiers, » estime le vice-président et porte-parole de l'Union tchèque des apiculteurs, Miroslav Peroutka.

Selon ce dernier, la météo n'est pas seule en cause dans la baisse de la production. Les abeilles tchèques sont affaiblies depuis plusieurs années en lien avec l'utilisation de produits chimiques dans l'agriculture, des pesticides qui éliminent les mauvaises herbes et force les abeilles à se rabattre sur une alimentation uniforme : « Les abeilles souffrent de sous-alimentation et sont plus sensibles aux maladies, » explique Miroslav Peroutka, soulignant que l'hiver dernier a vu en outre la décimation d'un cinquième des cheptels.

La crise du scolyte qui endommage gravement les forêts de République tchèque est également en cause, sans compter le problème récurrent de la varroose, une maladie due à un parasite qui décime les abeilles.

Photo: PollyDot / Pixabay,  CC0

Aucune pénurie de miel n'est toutefois à attendre dans les commerces, en dépit de la mauvaise récolte de cette année. Cette baisse de la production ne concerne cette année que la République tchèque et les sociétés de transformation du miel compensent par du miel importé d'autres pays d'Europe ou au-delà.

Avec une production annuelle tournant autour de 10 000 tonnes, la Tchéquie est un des rares pays d'Europe autosuffisants en miel. 2 000 à 3 000 tonnes sont exportées chaque année, et environ la même quantité fait l'objet d'une importation.

En 2019, la production de miel avait déjà baissé de 8% par rapport aux années précédentes. Les ruches ont produit 8 260 tonnes de miel, soit la plus faible production en cinq ans, selon les données de l'Institut tchèque de statistiques.